Mohamed Yattara, le déclic lyonnais

Double buteur il y a une semaine face au Mlada Boleslav (4-1) en Ligue Europa, Mohamed Yattara (21 ans) avait parfaitement maîtrisé son premier match officiel sous les couleurs de l’Olympique Lyonnais.

A l’occasion d’une rencontre retour sans grand suspense, ce jeudi à Gerland (20h30), le Guinéen espère continuer à marquer les esprits avec le maillot rhodanien… qu’il avait pourtant failli renier définitivement il y a quelques mois.

Après avoir recueilli les louanges des clubs d’Arles-Avignon, de Troyes puis d’Angers (15 buts en 2013-2014), Mohamed Yattara croyait bien avoir perdu toute chance de convaincre l’OL, le club qu’il avait rejoint en 2009 sans jamais parvenir à décrocher une place en équipe première. Agacé par les prêts successifs et le manque d’intérêt affiché par Rémy Garde, l’attaquant guinéen avait même fait savoir ses envies d’ailleurs. « Être prêté à droite, à gauche, ce n’est pas du tout évident, reconnaît Yattara à France Football. Quand je regardais l’équipe, j’avais la rage parce qu’on ne m’avait pas donné ma chance. Je voulais quitter le club. »

« Je n’ai pas de temps à perdre »

« Voulais », car depuis, la pénurie d’attaquants (exit Bafé Gomis et Jimmy Briand) lui a libéré une jolie place dans l’effectif lyonnais. Aux côtés d’Alexandre Lacazette et de Yassine Benzia, le Guinéen devrait en effet récupérer des minutes significatives dans la rotation offensive de l’OL, d’autant qu’il a désormais la confiance de son coaching staff, et en premier lieu celle d’Hubert Fournier qui a pris les commandes du club en juin dernier. Car si Rémy Garde a toujours rechigné à accorder du crédit au baroudeur boudeur, Fournier avait déjà repéré le phénomène l’an passé, depuis le banc du stade de Reims, où il avait tenté de s’offrir ses services.
Finalement, le technicien aura simplement patienté un an pour diriger l’atypique buteur. Mais en quelques semaines, il a fallu rattraper le temps perdu : lui redonner confiance, lui asséner que l’OL compte sur lui dans l’avenir… et le lui prouver en lui proposant, début juillet, une prolongation de contrat. Désormais lié au club jusqu’en 2018, Yattara n’en serait probablement pas là sans Fournier. « Il ne m’a pas dit que je serais titulaire mais j’aurai ma chance, explique le joueur. Il me voulait en prêt à Reims. J’avais marqué contre lui avec Arles-Avignon, puis avec Troyes (…) Je veux jouer, marquer et rendre sa confiance au coach. Je n’ai pas de temps à perdre. »

37 buts pour sa première saison

Alors, pour son premier match officiel avec l’OL, il a frappé fort. Deux fois. Beaucoup l’ont découvert à cette occasion, mais Yattara avait déjà réalisé des matches de préparation de haute volée (deux buts et un penalty provoqué en trois rencontres). Il avait déjà convaincu de nombreux spécialistes, dont Fleury Di Nallo, l’ancienne gloire de l’OL, qui l’avait découvert à Périgueux. C’était en 2009, et Yattara rêvait encore de suivre le parcours de son frère aîné Ibrahima, joueur professionnel en Turquie. Aujourd’hui, Di Nallo est devenu son agent, et aime rappeler que lors de sa première saison avec les U17 lyonnais, son poulain avait planté 37 buts. Depuis Karim Benzema, le club n’avait jamais vu cela.
L’intrigant buteur, qui a fêté ses 21 ans il y a à peine plus d’une semaine, sait qu’il est en train de changer de statut. « Je sens que j’ai le peuple guinéen avec moi, explique au Parisien celui qui a déjà marqué cinq buts en sélection nationale. Les journalistes n’arrêtent pas de m’appeler. Dans ma tête, je ne joue pas que pour moi. Je joue aussi pour mon club, mes coéquipiers et pour mon peuple. »

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire