Le mea culpa de Jankovic

À Gand, on a fait un bon match avec une défense à trois, à Ostende un mauvais. Néanmoins, la presse a été gentille avec moi car, d’une certaine manière, j’ai cassé la dynamique de ce groupe en changeant le système et les joueurs après avoir gagné 5-0 contre Waasland-Beveren, ce qui n’arrive quand même pas tous les jours.

Mais je ne cherche pas la sécurité. Je veux trouver l’équilibre de l’équipe et parfois je prends des risques même si on ne va pas jouer à trois derrière parce que Chelsea ou l’équipe nationale belge le fait. Pour l’instant, le choix est de rester à quatre en attendant le retour complet de Kosanovic. À ce moment-là, on aura une option supplémentaire. » De manière étonnante, l’entraîneur du Standard a fait son mea culpa, à un moment important avec les déplacements à Malines, à Vigo, la visite de Zulte Waregem et le match à Charleroi. « Si on a un oeil pour Vigo, il nous reste un oeil pour Malines et ce n’est pas assez », image-t-il. Et pour cause, on imagine que son retour au KaVé lui tient à coeur.

« J’ai vécu deux ans là-bas avec des hauts et des bas. J’y ai signé trois contrats et j’ai beaucoup de respect pour ce club. Je reste leur plus grand ami avant et après le match. Le public local sait que j’ai tout donné. On a lancé des joueurs dans le top niveau, ce n’est pas commun, mais aussi un entraîneur des gardiens, un directeur sportif et un coach. Si je suis au Standard, c’est grâce à Malines et c’est la même chose pour Cissé, Kosanovic ou encore Hanni et Obradovic à Anderlecht. On a fait un pas dans notre carrière grâce à ce club. »

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire