Maniatis : un général grec au Standard

Prêté chez les Liégeois par l’Olympiakos, le médian défensif de 29 ans va jouer pour la première fois à l’étranger. Maniatis aura-t-il le temps de s’ériger en leader comme il l’était en Grèce? Retour sur son parcours.

C’est avec le Panionios que Giannis Maniatis a commencé à se faire une réputation en Grèce. Il y a débuté au niveau pro et a attendu janvier 2011 pour rejoindre un club du top. L’Olympiakos et l’AEK Athènes le suivaient avec attention depuis plusieurs, c’est le club du Pirée qui a réussi à l’attirer. Maniatis venait comme doublure de Torosidis, l’arrière droit.

Mais polyvalent, il fut placé dans le milieu à l’occasion d’un match de Ligue des Champions à Marseille. Il y a impressionné, l’Olympiakos a gagné, un tournant pour sa carrière. Très important à la récupération, Maniatis est également bon à la distribution avec des passes justes (le défaut de Yatabare) et parfois tranchantes. Il n’hésite pas non plus à s’infiltrer entre les lignes adverses.

Un caractère bien trempé et un palmarès

Capitaine de l’Olympiakos, un club poussé par des supporters plus que fanatiques, Maniatis n’est pas réputé pour être un ange sur un terrain de football. Même à l’entraînement, où il s’était fortement disputé avec son compatriote Tzavellas pendant la Coupe du Monde 2014. Une bagarre avait également éclaté avec Katsouranis, le leader du rival du Pana.

« C’est un leader, un guerrier dur sur l’homme », comme le décrivent les supporters du club. Son regard de tueur envers un arbitre qui ne sortait pas une carte à un autre dur à cuire, Karagounis, est devenu célèbre.

Mais Maniaitis, sans oublier son expérience en équipe nationale (39 sélections) et en Coupe d’Europe, c’est aussi un palmarès important. Il a été champion de Grèce à cinq reprises (2011, 2012, 2013, 2014 et 2015) et a remporté trois fois la Coupe (2012, 2013 et 2015). Et une Coupe de Belgique en plus au compteur dans quelques semaines?

Une blessure qui change tout

Sur le côté pendant plusieurs mois à cause de son genou (rupture au niveau des ligaments), Maniatis a vu le Suisse Kasami s’imposer à sa place à côté de l’ex-anderlechtois Milivojevic. Cambiasso est l’autre alternative.

Le médian de 29 ans a mis du temps à revenir dans le coup mais ce mois de janvier, il enchaîne plusieurs courtes montées au jeu. Pas suffisant cependant pour qu’il soit considéré comme un titulaire à court terme. Pour retrouver un meilleur rythme, il est donc décidé qu’il rejoigne le Standard de Liège jusqu’en fin de saison.

Les Rouches disposent tout de même d’une option d’achat. Il sera en concurrence avec Enoh pour jouer à la place de Yatabare. Il faudra certainement attendre quelques semaines pour que le médian soit en parfaite condition. Avant de devenir le leader vocal – ce qui fait encore défaut au Standard – de la ligne médiane?

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire