Le Standard ne voulait pas donner d’explications sur le coach vendu

Guy Luzon, Ivan Vukomanovic et José Riga se sont offusqués des déclarations de Bruno Venanzi. Du côté du Standard, on voulait régler ça en interne, uniquement. Mais la justice s’en mêle.

Qui est le joueur qui a payé un entraîneur pour jouer? Est-il toujours au club? Et qui est ce coach? Ces questions risquent de rester sans réponses. Elles ont été posé à Axel Lawarée durant la présentation de Yannick Ferrera, mais le directeur de la communication du club, Alexandre Grosjean, est intervenu pour mettre les choses au clair.

Le cri du coeur d’un supporter

« Ce n’est pas l’objet de cette conférence de presse. Cette déclaration, c’est le cri du coeur d’un supporter plus que d’un président, de quelqu’un qui a été offusqué de ce qu’il a appris. Je pense qu’à aucun moment il a regretté ce qu’il a dit. On règlera cela en interne« , a déclaré Grosjean.

Honnêteté, transparence et sincérité

« Je retiens trois choses dans tout cela : honnêteté, transparence et sincérité. Ce sont trois valeurs qui incarnent Bruno Venanzi. Il est cohérent par rapport à ce qu’il dit depuis la reprise du club. Rappelez-vous qu’il a déclaré qu’il comptait ouvrir dans un délai de 3 à 5 ans l’actionnariat aux supporters. Et pour cela, la première chose à faire est d’être transparent. »

On ne m’achète pas

Yannick Ferrera a également été confronté à cette nouvelle étonnante. « On ne m’achète pas, tout comme on n’achète pas les victoires« , a-t-il déclaré.

Cependant, le Parquet fédéral va ouvrir une enquête. Bruno Venanzi va devoir dire la vérité et amener des preuves. L’histoire continue.

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire