Vous êtes ici
Home >> Standard-Rouche.be >> Le mot de « Gerouche » : UNE AMICALE DER ENTRE FAUX FRERES

Le mot de « Gerouche » : UNE AMICALE DER ENTRE FAUX FRERES

Chers supporters,

Sincèrement désolé, mais c’est là le seul titre qui m’est venu à l’esprit à l’issue de la dernière rencontre de la saison, match venant ponctuer des playsoffs particulièrement réussis dans notre chef. Le reste n’est que littérature et il n’y a pas grand-chose à retenir de ce dernier match, nos héros, tant de notre côté que ceux d’en face paraissant  fatigués, émoussés  ou démobilisés, l’évolution du score du côté du Parc Astrid n’incitant pas les acteurs à en découdre outre mesure. On peut comprendre, même s’il s’agissait d’un derby souvent très chaud et mettant l’honneur plus que tout autre paramètre en valeur.

Même les supporters des deux camps semblaient, pour un soir, avoir enterré la hache de guerre, c’est tout dire ….

Quoiqu’il en soit, au terme de la partie, nos couleurs s’emparaient sans douleur du titre de vice-champion, ce qui relève pour le moins d’un authentique exploit compte tenu de notre parcours en saison régulière, et la liesse générale qui s’empara de nos joueurs, de nos dirigeants et du staff technique, Sa Pinto en tête, au coup de sifflet final, fit bien plaisir à voir.

Quelle belle communion avec les supporters présents ! Je n’ose imaginer ce que notre fin parcours aurait pu générer comme engouement si le but de Bruges, chez nous, à mes yeux injustement validé, sachant que ce dernier match aurait pu nous attribuer le titre, ni plus ni moins …. En accordant donc le but de Vossen, le referee nous a privé à coup sûr ce jour-là d’une fin de compétition inédite, car rien ne dit que Bruges l’aurait emporté face à Gand, alors que, tout au contraire, nos joueurs auraient livré une toute autre partie au Mambourg, soyons en sûr.

Les regrets sont donc superflus, et il est bien vrai que le titre de champion est censé couronné l’ensemble d’une saison s’étalant d’août à mai.

Je m’attarderai donc davantage sur les tournants de NOTRE SAISON, celle de NOTRE métamorphose, en guise d’apothéose.

Et là, je crois pouvoir écrire sans trop me tromper que les circonstances nous ont emmenés là où nous sommes arrivés aujourd’hui, la première étant les carences défensives à répétition d’un joueur  que tous pensions jusque-là comme incontournable dans notre effectif, à savoir Alexander Scholtz, lacunes mises en exergue au terme de sa prestation à Bruges et qui valut l’intronisation du rock Luyindama qui ne perdit plus jamais sa place.

Le second fait de haut vol fut cette autre partie disputée quelques temps plus tard chez les mauves, alors entrainés par Frutos, avec la blessure de Bokadi, et qui permit enfin à Marin de montrer l’étendue de son talent, non plus sur un seul match, mais sur quelques mois, le coatch s’étant jusque-là obstiné à aligner de concert deux joueurs aux caractéristiques similaires au détriment de la construction du jeu.

Le troisième tournant fut bien entendu le mercado d’hiver avec les arrivées de Medhi Carcela et de Cimirot, ces deux-là prenant bien vite un rôle que d’autres n’étaient pas en mesure d’assumer, leur partenaire dans l’équipe trouvant dès lors en eux un appui jusque-là inconnu. Je pense ici à Junior Edmilson et Agbo ou Marin, désormais mieux secondés.

Si on ajoute à ce tableau les remplacements de Poccognoli par Fay et de Goreux par Cavanda, les seconds cités n’ayant cessé de grandir, on constate que l’équipe alignée au départ n’avait  finalement plus grand-chose à voir avec celle qui nous valut tant de bonheur et de satisfaction au final, seuls Junior, Ochoa, Layfis et Agbo ayant conservé leur statut initial.

Certes, cette réussite ne revient pas exclusivement au coatch, parfois bien aidé par les circonstances, mais il faut tout de même lui reconnaitre le mérite d’avoir osé maintenir Fay  et Luyindama sur le terrain et Scholtz comme Pocco sur le banc, en capitaine exemplaire qu’il demeura jusqu’au bout malgré son nouveau statut, d’avoir aussi bien gérer son groupe au point d’en faire l’un des meilleurs, des plus soudés au terme de la saison, qui plus est doté d’une grinta que l’intèressé lui-même ne pourrait renier.

IL peut dès lors paraitre bien injuste de voir le Portugais devoir prendre congé de l’équipe, des supporters, au moment de sa gloire toute récente. Mais peut-être qu’en fin de compte, c’est mieux ainsi que de partir au terme d’un échec, comme c’est presque toujours le cas pour les entraîneurs …. Sortir par la grande porte, en ayant un sentiment de devoir accompli et laissant aux autres des regrets, n’est-ce pas la meilleure façon de partir ?

Certes, des erreurs, il en aura aussi commises, comme la titularisation de Luchkevitch à Bruges, la  confiance maintenue épisodiquement en Carlinhos dont seule une certaine non chalance peut lui être reprochée, mais qui n’en fait pas ? Chaque entraineur a sa propre vision, bien souvent différente de la majorité rarement silencieuse et qui saisit la moindre occasion pour critiquer les choix. Mais, très honnêtement, il est pratiquement impossible de faire l’unanimité, quel que soit le coatch, surtout sur chacune de ses options et sur l’ensemble de toute une saison. Il n’en sera pas autrement de MPH, malgré son palmarés et tout son « aura », chacune de ses décisions ou non décisions sera soumise à l’analyse et à la vindicte populaire des supporters, voire de la presse, c’est comme ça. Demandez d’ailleurs à Mr Martinez, notre très critiqué sélectionneur National,  ce qu’il en pense ! L’homme doit pourtant avoir de très bonnes raisons d’agir de la sorte, sans quoi ….

Pour ma part, jusqu’au bout, j’ai cru que tout le foin médiatique autour de l’arrivée de MPH avait été créé de toute pièce par la presse pour semer le trouble dans l’effectif, mais, comme beaucoup, je me suis trompé. Sans doute la décision du Président Venanzi avait été prise depuis longtemps, un certain soir de sinistre mémoire alors qu’une qualification de haute lutte avait été acquise chez les mauves, au vu de la triste et ridicule prestation de Mr Sa Pinto qui avait terni notre exploit et jeter le discrédit sur tout un club.

Je ne peux donc raisonnablement pas blâmer cette décision lourde de conséquence, seule la nécessité de continuer jusqu’au terme de la saison et de ne pas encore tout hypothéquer ayant sans doute sauvé pour quelques mois la tête du coatch Portugais ce soir-là.

Néanmoins, son successeur, à savoir sans aucun doute désormais MPH, n’aura pas droit à l’erreur, c’est une évidence.

Toute autre chose qu’une saison de très haut vol mettrait inexorablement la Direction dans les cordes, après avoir mis à pied son dernier mentor à succés, contre vents et marées.

Seul un effectif « déplumé » pourrait lui servir d’excuses, et encore ….

Je pense néanmoins qu’au vu de la campagne toute récente, de la perspective de  pouvoir jouer la Champions League la saison prochaine, bon nombre de joueurs pouvant être tentés par les sirènes étrangères y réfléchiront à deux fois.

Sont notamment dans ce cas des Luyindama, Junior Edmilson, tenté par l’Espagne et non par la Capitale, Polo attiré par la Chine, Marin aussi, mais dont la récente blessure retardera elle aussi son départ. Même Ochoa pourrait avoir bien envie de rester, et, franchement, au vu de ses dernières prestations, il ne dépareillerait pas dans notre effectif.

Resterait donc à conclure au plus vite Medhi, voire aussi Cavanda,  et faire revenir comme annoncé Mirallas, et le noyau actuel ne devrait pas trop être chamboulé, au contraire de celui mis à la disposition de HVH.

Quant à VanHeusden, que certains citent déjà à Ostende, je le vois mal partir lui aussi, d’autant que le système prochainement appliqué par le grand Michel devrait ressembler plus que probablement à celui de Bruges, soit en 3-4-3, et donc dans une défense où le brillant Zino devrait plus aisément trouver place aux côtés de Layfis et Luyindama, qui l’ont barré jusqu’à présent.

MPH serait du reste bien inspiré d’avoir une franche discussion avec le Belgo Italien avant les vacances, ceci afin de lui garantir enfin une place de titulaire, seule raison qui permit son retour provisoire chez nous.

Le laisser partir serait déjà une bien grosse erreur, à éviter à tout prix.

Notre équipe, selon moi, devrait à peu de choses près ressembler à ceci pour le prochain exercice :

Edmilson    Emond   Mirallas

Fay          Marin     Cimirot          Carcela

Layfis      Vanheusden    Luyindama

Ochoa

Votre serviteur

Gérouche

Facebook Comments
Similar Articles

3 thoughts on “Le mot de « Gerouche » : UNE AMICALE DER ENTRE FAUX FRERES

  1. Bien vu et bien dit Gerouche, l’équipe que tu couches sur ton papier a fière allure. Je pointerais en plus l’abîme dans lequel SP a trouvé le standard, ce qui justifie que pour commencer il ait adopté une tactique prudente avec 2 demis def, il n’avait pas non plus reçu les deux profils qui selon lui manquaient à son effectif à savoir un meneur très fort techniquement et un vrai box to box, il les a reçus en janvier seulement avec une métamorphose immédiate vers le jeu que SP préconise, lui qui est en réalité très offensif.

  2. Exact Kick, et laissons le Rush pour plus tard, lol. Vrai que SP a dû tout refaire dès son arrivée au Standard, en commençant par assurer la base, et donc la défense. C’est toujours par là qu’il faut attaquer le problème avant de voir plus haut. Et, malgré ses frasques, je suis bien triste pour lui d’être remercié comme ça. Il me semble que la Direction aurait pu lui laisser une seconde chance, voir lui trouver une place aux côtés de Preud’homme plutôt que de le « remballer » comme un malpropore …..

    1. Jouer les Calimero pour Sa pinto. Il a assez de caractère Pour ne pas en avoir besoin Et Venanzi a fait cela en Bon gestionnaire du club
      D ailleurs La correction de Sa pinto lors de sa dernière conférence de presse prouve qu il y a bien eu un accord je ne pense pas qu’ il a été jeté comme un malpropre
      D ailleurs Les dernières événements avec La refonte de l organigramme montre que le projet de Venanzi etait en gestation depuis un bon bout de temps

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top