Vous êtes ici
Home >> Standard-Rouche.be >> Le mot de « Gerouche » : PLAY MAUVE

Le mot de « Gerouche » : PLAY MAUVE

Chers supporters,

A quel pauvre spectacle il nous a été donné d’assister en cette 3ème journée des PO1, ceux-là même qui ont été instauré pour, tout au contraire, nous en apporter.

Vrai qu’il n’y a pas qu’une seule bonne façon d’emporter les 3 points, mais quand même, je me suis mis l’espace de quelques instants à la place des spectateurs devant tenir plus de nonante minutes sans que pratiquement pas la moindre occasion ne vienne les sortir de leur ennui, seuls leurs chants et encouragements continus pouvant contribuer à les réchauffer ! Les seuls vrais moments forts sont trop souvent l’entrée des joueurs sur la  pelouse, ainsi que leur sortie, devant une T3 toujours prête à vibrer. Gare dès lors à ceux qui arrivent en retard ou repartent trop  tôt, ils auront raté l’essentiel.

Dire pourtant que nous avions sur le terrain l’équipe considérée par beaucoup comme la plus brillante de la compétition, à l’heure actuelle du moins, développant le plus beau jeu, sans parler de  notre propre formation évoluant dans ses installations et alignant pas mal de très bons joueurs à vocation offensive.

Qu’au final nous l’ayons emporté dans ces conditions relève pratiquement de l’exploit.

L’analyse de la rencontre pourrait presque s’arrêter là mais il est opportun toutefois de mettre un joueur en avant, tant sa présence sur le terrain au coup d’envoi et plus encore sa prestation d’ensemble fut plus que convaincante, pour une première.

Certes, on nous avait annoncé que ce garçon avait de la classe, sans jamais avoir eu l’occasion de la vérifier.

Mais à ce point, après de longs mois d’indisponibilité et une seule demi-rencontre disputée avec les espoirs, c’est incroyable.

Pas sûr que nous nous en serions sortis en notre faveur avec Koutroubis à sa place.

Vous l’aurez donc  compris, j’ai déjà hâte de revoir ce Zino Vanheusden en action, sa présence nous permettant d’entrevoir de bons résultats malgré l’absence de Luyindama, le malheur des uns faisant, comme souvent, le bonheur des autres.

Pour le reste, et comme déjà avancé, il n’y a pas grand-chose à voir ni à retenir de cette joute, si ce n’est que nous l’avons emporté face à une formation qui ne nous guère réussit ces dernières années, c’est déjà ça, et même si cette victoire est due plus à un bon plongeon de Junior Edmilson. Sa progression fut certes entravée  par une jambe adverse mal placée n’ayant qui plus est pas touché le ballon et pouvant donc justifier à l’analyse un pénalty somme toute léger, mais qui aurait pu lui être refusé par excès de cinéma, voir par le var.

Loin de moi l’idée toutefois de dire que le Standard ne méritait pas ces trois points, car, en fin de compte, nous fûmes les seuls à nous créer l’une ou l’autre occasion, mais je me pose de plus en plus la question de savoir si cette formule des po1 ne doit pas être revue et corrigée, comme par ailleurs envisagé par la fédération.

Je verrais bien pour ma part l’annulation de cette injuste division des points au terme de la phase classique, au profit d’une rétribution accrue de points en cas de victoire dans ces playoffs, en octroyant notamment cinq points au lieu des trois actuels au vainqueur. Cette approche me paraitrait plus équitable et pousserait les équipes à jouer davantage encore la gagne plutôt que de spéculer, la situation et le classement pouvant très vite évoluer à l’avantage des équipes offensives.

Ceci dit, même s’il n’y avait pas une moisson d’informations  positives  à retenir de notre débat dominical à Sclessin, il n’en n’est pas nécessairement de même ailleurs.

Et là, mes yeux se tournent tout naturellement du côté de St Guidon, les semaines succédant aux semaines avec les mêmes constats …. On ne prête décidément qu’aux riches !

Après le très « généreux » pénalty accordé la semaine dernière à Téodormachin, celui-là même qui justifierait à lui seul quinze cartons jaunes par rencontre, tant ses interventions sont souvent limites et son arrogance sans nom mais qui reste royalement impuni, ou presque, ce coup de réparation pour crime de lése majesté ayant provoqué le courou légitime de  Felice Mazzu himself, mais valant trois points au Sporting de la Capitale, voilà qu’ils récoltent à nouveau trois nouvelles unités pour un but annulé suite à un hors-jeu imaginaire mais qui les relance dans la course au titre. Un comble, pour ne pas dire une honte ! Mais où était encore le fameux VAR, en l’occurrence ? Résultat des courses, voilà la boiteuse phalange mauve à seulement trois longueurs des brillants Brugeois qui les avaient balayés voici peu, et prêts à nous refaire le coup d’un titre inattendu face au Standard, voici trois ans, au terme de ces mêmes PO1 !

Je suis curieux de voir quelle justification la Tribune va trouver ce soir pour défendre l’indéfendable, au travers notamment de l’analyse de Mr Marcel Javaux.

ET dire qu’en cas de doute sur une position de hors-jeu, la réglementation prévoit de favoriser systématiquement l’attaquant ! On est très loin du compte, bon sang, du moins dans notre Jupiler Pro League.

Avant d’en terminer avec mon intervention hebdomadaire du lundi, place au coup de gueule. Je ne peux en effet laisser  passer sous silence les errements de la presse, trop encline à diffuser des informations dénuées de tout réel fondement, l’essentiel consistant à faire les gros titres des journaux par n’importe quel moyen !

Ainsi, après l’affaire « Preud’homme », qu’on disait déjà conclue mais dont le doute commence tout doucement à s’immiscer dans les têtes,  l’annonce du transfert incessant de Junior Edmilson semble lui aussi ne reposer que sur de basses spéculations, même si la chose est toujours possible, bien entendu, mais pas plus qu’avant.

Il a suffi d’apercevoir la présence du papa à Neerpede pour que les mauvaises langues aillent bon train, entrainant des  conclusions hâtives….

Dès lors ma question est la suivante : « A qui le tour », au Standard, d’être mis au-devant de la scène ? Peut-être va-t-on nous annoncer l’arrivée prochaine d’Herman Van Holsbeek chez nous, en lieu et place d’Olivier Renard, histoire de mettre encore un peu plus notre club dans la tourmente ?

Il serait grand temps que cela cesse, que les journalistes fassent leur métier sérieusement plutôt que de divulguer à tout va de fausses informations.

Car, à force de crier au loup, on finira par ne plus les croire du tout…… Même quand l’information s’avérera exact,  pour une fois.

Votre serviteur du lundi,   Gérouche

[themoneytizer id= »13683-28″]

 

Facebook Comments
Similar Articles

6 thoughts on “Le mot de « Gerouche » : PLAY MAUVE

  1. D’accord avec toi Gerouche, notre public mérite mieux que ça!
    Rendons quand même à César ce qui appartient à César. RSP avait aligné une équipe qui tenait la route , sans Poco et Carlinhos dont il était question en semaine. Pour ce qui est d’Edmilson, si on pouvait donner une carte rouge aux journalistes qui font des fautes professionnelles, il n’en resterait pas beaucoup sur le terrain. On pourrait aussi donner 2 cartes jaunes au VAR qui a déjà offert 4 points aux Anderlechtois. Quatre points en play-off ça vaut un cadeau de huit points en phase classique!!! Pourvu que ca ne les mène pas à un énième titre usurpé. Raison de plus pour les trucider mercredi ! Vengeance! Aux armes les rouges! Mettez une raclée à ces profiteurs!

  2. Et le buveur de Schouffe qui explique le HJ comme une évidence pour un orteil ou un genou alors qu’avant le VAR il ne cessait de dire que le doute doit profiter à l’attaquant. Comme Albert a essayé de le dire, sans VAR, personne ne contredit la décision de l’arbitre et de l’assistant

  3. Pour ma part, le VAR peut disparaître. Si l’on revenait simplement à 2 ralentis maximum par phase de jeu et supprimer les interventions de Javaux et autres consultants de pacotille à longueur de soirée, le football ne s’en porterait pas plus mal.
    Concernant les mauviettes, j’ai remarqué que leur fin de match est bien compliquée physiquement.
    A nous d’en profiter !!

  4. Comme vous, hier soir, mal m’en pris de me laisser aller à ma curiosité habituelle et de visionner l’émission footeuse de la RTBF. Comment ces gens peuvent oser dire qu’il y avait hors jeu indiscutable, pour un genou, et encore, dépassant de quelques centimètres donc. Qui plus est, ces messieurs disent que ça ce joue parfois au 1/4 de seconde ! Alors qu’ils regardent mieux, sur l’arrêt sur image diffusé, le cuir a déjà quitté le pied du serveur. Il faudrait donc revenir 1/4 de seconde plus tôt pour juger ! Ces vraiment DU FOUTAGE DE GUEULE. A croire qu’ils doivent absolument confirmer la victoire probante des mauves, la décision arbitrale, le var, pour sauver la face !
    Comme Ardèchois le dit, dans ces conditions, le VAR ne me semble guère utile. Et à vrai dire, je n’y comprends plus grand chose quant à son intervention requise ou pas !

  5. Comme tu le dis, Gerouche, normalement, la limite hors jeu doit profiter à l’attaquant. Ce dont Diaby n’a pas profité, ni Emond à Genk.
    A partir du moment où la technologie est sujette à caution, eĺle devient superflue. Gardons là uniquement sur la ligne de but.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top