Vous êtes ici
Home >> Standard-Rouche.be >> Le mot de « Gerouche » : PLACE AU MUNDIAL

Le mot de « Gerouche » : PLACE AU MUNDIAL

Chers supporters,

Le silence radio, ça fait tout drôle parfois…..Allez demander aux familles du vol de la Malésia Airlines !

Après vous avoir gratifié de mes articles hebdomadaires, chaque lundi, voire même davantage, pendant près de neuf mois, ça me semblait bizarre, à moi aussi, de ne plus vous faire part de mon ressenti, les lendemains de rencontre.

Mais comme l’occasion nous est donnée de parler foot, en vue du prochain Mondial en Russie, épreuve dans laquelle beaucoup de Belges placent beaucoup, voire même trop d’espoirs, j’ai décidé de me replonger dans le bain….

Après tout, ce site a beau être réservé aux Standarman, chaque supporter se doit normalement de supporter aussi son pays, n’est-ce pas votre avis ?

Nous voici donc à l’aube de ce mois de juin, où nos diables sont invités à briller sur la scène internationale. La sélection retenue par le coatch National n’a depuis quelques jours déjà, plus grand secret pour la plupart d’entre nous.

Seuls, en effet, cinq noms doivent encore disparaitre de la liste élargie, liste dans laquelle ne figurait déjà pas un certain Naingollan, mais était-ce vraiment une surprise ? Déjà, lors du mondial précédent au Brésil, Marc Wilmots alors en place n’avait pas agi autrement, snobant royalement le Ninja, au point que tous se demandent ce qui dérange chez ce joueur-là !

Perso, je trouvais qu’il s’agissait d’un élément positif, au fort tempérament certes, mais comme justement, il semble en manquer à cette équipe-là, comme beaucoup, je ne comprends pas. Sans doute Mr Martinez préfère une équipe de moutons qu’une formation composée de quelques lions, pourtant souvent bien nécessaires quand il s’agit de tirer l’équipe vers le haut, mais bon…..

Comme prévu, pas l’ombre d’un Standarman non plus dans les sélectionnés, même s’il est vrai qu’il était difficile de trouver des postulants chez nous, seul Junior pouvant prétendre, depuis sa récente naturalisation, à y figurer.

Dans le futur, toutefois, Zino Vanheusden devrait vite devenir incontournable, la défense étant devenue notre plus grand chantier car  notre point faible, depuis quelques temps déjà. Et puis, n’oublions pas, nous avons quand même Laurent Ciman, même si émigré sous d’autres cieux, mais tellement attaché à nos couleurs comme nous le sommes à lui.

Donc, pour en revenir à la liste définitive des 23, il apparait probable que les noms suivant vont disparaitre de la présélection, à savoir : Sels – Tielemans – Boyata – Januzaj – Benteke ?

La grande question est désormais celle-ci : pouvons-nous, avec ces joueurs-là, briguer le « graal » en Russie ?

Au vu des joueurs alignés, des talents recencés dans notre onze de base, je dirais oui, indiscutablement.

Cela fait des années qu’on nous annonce que notre team National a toutes les cartes en main pour devenir une équipe Championne, que ce soit au niveau Européen ou au plus haut niveau, le mondial.

Et effectivement, des DeBruyn, Hazard, Courtois, Meunier, Lukaku, Kompany,  feraient le bonheur de  n’importe quelle formation du top, alors que des Verthongen, Aelderwereld, Fellaini, Witsel, paraissent tout autant incontournables, même si légèrement en dessous des premiers cités.

Parfois, certaines formations Nationales s’appuient sur un, voire deux véritables joueurs cadres et de talents, alors que nous, on ne sait plus qu’en faire. Mais n’est-ce pas là justement notre talon d’Achile, sachant qu’il n’est pas toujours aisé de compter plus de capitaines que de lieutenants dans nos rangs.

Et puis, il y a la rage de vaincre, la mentalité, pas toujours exemplaire dans notre chef, qui fait de nous ce que nous avons toujours été, un petit pays avec de petites ambitions, déjà contents d’être-là, même si nous sommes bien conscients qu’avec cette équipe-là, on peut aller loin.

Mais il faut savoir que nous ne sommes pas les seuls à vouloir aller jusqu’au bout, dans ce prochain tournoi.

Quand je vois l’équipe de Colombie, pour moi l’un des favoris, l’Allemagne, toujours redoutable et égale à elle-même, le Brésil, toujours bien présent lui aussi, voire aussi la France, qu’il ne faudrait pas snober, tout comme l’Espagne et le Portugal, récent champions d’Europe, je me dis que ceux-là , même s’ils comptent peut-être moins de grands noms dans leur effectif, n’ont rien à nous envier et peuvent faire un malheur, eux-aussi.

Alors, ne comptez pas sur moi pour déclarer que notre petit pays va être CHAMPIONS DU MONDE, voire même fait partie des favoris.

Certes, le rêve parait bien beau, et il est bon parfois de rêver. Avoir des ambitions, penser que l’exploit est possible, c’est ce qui nous fait avancer, mais, très franchement, nous voir triompher au final relèverait vraiment de l’exploit, voire de la surprise, même si on tente souvent de nous faire croire le contraire.

Pire, les hauts faits d’armes de notre sélection depuis l’avènement de cette génération « DOREE », comme se plaisent à le souligner les journalistes de tout poil, se comptent sur les doigts d’une seule main, et encore, amputée de quelques phalanges.

En effet, nos parcours en phases qualificatives s’apparentent le  plus souvent à des promenades de santé, tant la facilité nous a accompagné, ce qui sera préjudiciable le jour où nos joueurs, les cadors de l’équipe, devront sortir le grand jeu et retrousser leurs manches contre l’Allemagne et les autres formations de pointe citées au préalable.

Serons-nous capables de renverser la « vapeur » si les événements, l’average, ne tournent pas en notre faveur.

Ce sera dans ces moments-là que les joueurs de caractère, laissés à la maison, nous feront peut-être cruellement défaut.

Bien sûr, un Mondial, ça ne s’improvise pas. Ca ne laisse surtout que peu de place aux erreurs, surtout quand il s’agit de gérer et faire cohabiter 23 joueurs ensemble pendant de longues semaines, loin de chez eux.

Le moindre élément perturbateur risque de mettre le feu  à la cohésion du groupe, et c’est sans doute dans cet aspect que les Allemands sont si forts, car habitués à être mis sous haute tension, à la discipline, à vivre loin de chez eux et de leur famille, sans la moindre compassion.

Le Belge est ainsi fait, et s’exporte sans doute moins bien que certaines autres nations. Chez nous, ce qui compte avant tout, c’est la « maison ».

Mais, quoiqu’il en soit, nous devons y croire, car toute autre approche serait préjudiciable. Ne pas croire que nous sommes les plus forts, les plus beaux, mais que nous partons d’égal à égal avec les meilleurs.

Que nous sommes nous aussi capables de jouer dans la cour des « grands ».

Je reste en ce qui me concerne convaincu que notre parcours dépendra beaucoup de la présence d’un certain « Vincent Kompany », qu’il faudrait peut-être préservé pour les grands rendez-vous, autrement dit au-delà des matchs de poule, que nous devrions normalement franchir sans trop de difficultés, avec l’Angleterre. Le contraire serait à …. Tomber par terre.

Et si Kevin DeBruyn pouvait redevenir le joueur qu’il est sous le maillot de Manchester, tout serait possible.

Alors, rendez-vous le 18 juin, pour de nouvelles et passionnantes aventure

Votre serviteur

Gérouche

 

Facebook Comments
0 Partages
Similar Articles

One thought on “Le mot de « Gerouche » : PLACE AU MUNDIAL

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top