Vous êtes ici
Home >> Standard-Rouche.be >> Le mot de « Gerouche: L’AVARE, PLUS LE VAR

Le mot de « Gerouche: L’AVARE, PLUS LE VAR

Chers supporters,

Hier soir, sur le coup de 19h, ce fut encore une fois à un bien drôle de spectacle auquel nous fûmes invité, contre notre gré, au stade Maurice Dufrasne.

Alors que tout le stade était en liesse après avoir vu les nôtres reprendre justement les commandes de la rencontre au terme d’une action superbement conclue par un Medhi Carcela des grands soirs, tel qu’on aime le voir encore et encore tant ses coups de pattes peuvent parfois être géniaux quand il joue de la sorte, que Medhi himself célébrait depuis une longue minute son but extraordinaire en posant tranquillement sa tête sur sa chaussure, l’engouement, subitement, s’éclipsa sans qu’aucun ne puisse en comprendre la raison.

Tout ce qui transparaissant était la curiosité de l’arbitre du match, Mr Visser, appelé apparemment à consulter le var et donc planté depuis quelques instants à vérifier …. Le départ de l’action, amorcée trois minutes plus tôt, au départ d’une intervention jugée initialement anodine, et pourtant.

En ce seul instant, tout bascula, l’arbitre prenant en fin de compte la décision de revenir sur une faute commise par Layfis qui aurait pris le pied plutôt que le ballon à Bakkali, propulsant ainsi le cuir vers un de ses partenaires, lui-même relançant ensuite Carcela avec la suite que l’on connu….Bon, je sais, le VAR a été mis en place pour valider ou pas les buts, parfois litigieux, suite à des erreurs d’arbitrage, ainsi que l’octroi ou non de pénalties, essentiellement, et, plus accessoirement, l’attribution ou non de cartes rouges.

Donc, sans but, par d’intervention du VAR, qu’il y a faute sanctionnée à tort ou pas, ou qu’il n’y ai pas faute, même si sanctionnée à tort.
Bien joli tout ça, mais mettez-vous à la place du joueur buteur, qui, dans le cas d’hier soir, n’avait rien à voir avec ce qui s’est passé antérieurement, du public, des téléspectateurs, MEME NEUTRES, du coatch, MPH, complètement abassourdi par une telle décision….. Je devrais plutôt dire dérision.
Alors, excusez-moi, mais là, le VAR est allé trop loin, et comme un fait exprès, c’est ENCORE et TOUJOURS le Standard qui en faisait les frais.
Bien sûr, l’intervention de Layfis était « limite », mais ne pouvait en aucun cas être considérée comme une agression, sans quoi l’arbitre himself, le juge de ligne, seraient intervenus sans attendre un appel de Dieu le père, tombé du ciel.

Et puis, surtout, ne devrait t’on pas prendre en considération l’action du buteur uniquement plutôt que de remonter à tous les intervenants antérieurs à la phase de but ?
A ce rythme, bien peu de buts risquent à l’avenir d’être validés, pour non-conformités et le var devenir avare à un niveau rare !
Risible, vraiment.

Alors, quand j’entends sur la chaîne Voosport le grand Philippe Albert déclarer, mais étais-ce vraiment une surprise, que ce retour en arrière, cette décision étaient tout à fait valables, légitimes, et justifiés, qu’un cas analogue, ce que je ne conteste pas même si je n’ai pu le vérifier, a été sifflé au CS Bruges, le semaine précédente, qu’on a voulu le VAR et qu’il nous donc en assumer l’intervention, même si à tort et à travers, la suspicion de parti-pris refait surface, connaissant l’homme.
Imaginons, par exemple, que sur le but égalisateur des mauves, coup franc converti magnifiquement lui aussi au demeurant, la faute de Fay ayant entrainé ce coup-franc ai été mal jugée et n’aurait pas dû être sanctionnée. Mais, comme dans la foulée, il n’y a pas eu but direct, l’intervention du var n’a pas été requise.
Seulement voilà, le coup franc, lui, est donc converti et but il y a, au final !

IL me paraitrait en ce cas tout à fait logique d’appliquer aussi le même retour en arrière ! Mais non, pourtant, ce n’aurait pas été le cas !
Aussi, Messieurs les responsables fédéraux, mettez-vous au plus vite au travail et revoyez votre copie afin qu’à l’avenir il n’y ai plus de telles décisions absurdes ….. Votre VAR doit intervenir certes, mais sur le temps présent, donc zéro, pas sur le temps moins un, moins deux, moins trois, comme ce fut le cas hier.
Comme l’a si bien dit Carcela ayant encore trouvé, dans ces circonstances, le goût à la plaisanterie, « une faute commise en 1ére mi-temps me priva de mon plus beau but », mais assez révélateur de l’état d’esprit.

En attendant, et pour en revenir au match lui-même et au résultat final, fort heureusement rectifié grâce à Polo Mpoku, je fus surpris, même si utiliser le mot « agréablement » me fait mal à sortir de ma plume, par le jeu des mauves en première mi-temps.

Sans cette autre action géniale conclue par Razvan Marin, notre équipe ne me paraissait pas spécialement bien embarquée dans la rencontre, mais le second acte a tout racheté.
Ce fut au final un TRES BEAU classico, avec surtout beaucoup de passion, ce qui ne fut pas toujours le cas ces dernières années, l’an dernier excepté.
Si Medhi fut incontestablement l’HOMME du match, d’autres, chez nous, sont à épingler eux-aussi.

Je citerais notamment Marin, bien sûr, Zino Van heusden, privé pourtant de son partenaire Luyindama, du moins sur le terrain, car à la fin ….. et bokadi, la très belle surprise, même si pas dans le même style assuré que le grand Christian, donc moins spectaculaire mais peut-être mais tout aussi efficace. Très rassurant pour la suite, ce qui semble bel et bien donner raison à la Direction d’avoir laissé filer notre BOSS, même si on l’aimait bien et nous le rendait bien, lui aussi.

Très belle journée et lendemain de victoire à vous

Gérouche

Facebook Comments
Similar Articles

One thought on “Le mot de « Gerouche: L’AVARE, PLUS LE VAR

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top