Vous êtes ici
Home >> Standard-Rouche.be >> Le mot de « Gerouche »: KNOCK – OUT

Le mot de « Gerouche »: KNOCK – OUT

Chers supporters,

Elles sont déjà loin les belles images de fin de saison dernière, quand nous assistions à la petite farandole de joie improvisée au terme de nos rencontres brillamment remportées durant les po1  par les représentants de notre staff qui amusait tous les médias, toute la galerie.

Pardi, ce n’est pas tous les jours que le Standard parvient à briller sur la plus haute marche de notre compétition footballistique. Ce dernier nous a plutôt habitué à souffler le chaud et le froid, versant rarement dans la constance, hélas.

Toutefois, hier soir, le STANDARD a encore fait fort, parvenant à se faire sortir par les derniers de la D1 amateurs n’ayant à ce jour pu engranger la moindre victoire. Il fallait donc qu’ils viennent chez nous pour se refaire une santé. Incroyable, invraisemblable, HONTEUX, tout simplement.

N’ayant toutefois pas assisté à la rencontre, ni en live, ni sur le net, je dois bien m’en remettre aux divers commentaires relevés ci-et-là pour me faire une petite idée de ce qui s’est vraiment passé sur le terrain.

Je m’abstiendrai donc du moindre commentaire sur la rencontre, ceux-ci n’ayant tout simplement pas leur place dans le contexte.

A la place, hier en soirée, j’étais confortablement installé dans mon sofa, pensant la rencontre sans grand intèret ni suspens et préférant visionner un film ayant pour nom « LA RAGE AU VENTRE », que nos acteurs auraient bien fait de prendre pour exemple avant de monter sur le terrain.

Pire, au moment où, sur le petit écran, Billy Hope expédiait un terrible uppercut à son adversaire, l’équipe de Knokke, via Dhondt,  nous en administrait un tout aussi bien placé dans un stade glacé…..

En guise de consolation, on pourra toujours nous dire que le dominateur FC BRUGES ne fit guère mieux, se faisant sortir sans gloire par DEINZE, mais je crains que cette comparaison ne suffise à nous apporter la moindre embellie à l’heure actuelle.

En effet, non content de nous être fait étrillé une semaine auparavant à Séville, avoir laissé filer le match à Anderlecht, voici que la mauvaise blague se transforme en veau de ville.

Au train où vont les choses, je le crains, les voix vont s’élever dans les gradins pour réclamer le retour de Sa Pinto, chose que j’éviterai pourtant.

En effet, bien qu’ayant été moi-même l’un de ses plus ardents défenseurs sur ce site en fin de saison, quand les bruits de couloir faisaient état de son départ au profit de MPH, je me suis insurgé contre ce manque de respect et de reconnaissance de la Direction à l’égard d’un homme qui, même si son comportement sur le banc laissait souvent à désirer, frisant parfois le ridicule, avait tout de même ramené le Standard à un niveau très intéressant, rendant aux joueurs le plaisir de jouer et une « grinta » synonyme d’une véritable cohésion dans le groupe autour de son entraineur, ce qui apparait moins évident aujourd’hui.

Mais bon, la vision à long terme de notre staff paraissait reposer sur une certaine logique, vision amplifiée par l’image négative que dégageait le bouillant Portugais, et donc le retour de MPH s’imposait tout aussi logiquement.

Je ne dirai donc pas que ce choix était le mauvais aujourd’hui, même si les résultats ne sont de toute évidence pas à la hauteur de nos espérances, moins encore aux yeux de la Direction qui doit se demander si le ciel ne leur tombe pas encore sur la tête….

Il est néanmoins une chose que je n’accepte pas de la part d’un coatch quel qu’il soit : cette fâcheuse habitude à se dédouaner des contres  performances de son groupe, en remettant précisément toute la responsabilité sur celui-ci. Oser donc dire que « l’on fait avec les joueurs qu’on a », équivaut à dire que ses joueurs ne sont pas bons, avec ce que ça implique comme ambiance et confiance au niveau du groupe, sans parler du manque d’envie que ça génère à se défoncer pour un tel coatch …..

Le petit Yannick Ferreira, déjà, s’était illustré de bien belle manière dans ce genre de déclaration malsaine, lors de son passage chez nous.

Et donc, je dois bien reconnaitre au moins ce mérite, cette qualité à Mr Sa Pinto, à savoir que JAMAIS je ne l’ai entendu remettre la responsabilité de ses choix sur son équipe, sur son groupe, assumant à chaque fois une contreperformance.

Est-ce que la situation actuelle s’explique rien que sur ce constat ? Possible, même si rien n’est  moins sûr.

Une chose est toutefois certaine, c’est qu’une réaction d’orgueil s’impose au plus vite conjuguée au retour du plaisir à jouer, sans quoi le Standard, MPH en tête, va au-devant de très gros problèmes.

Et même si ce dernier parait « indéboulonnable », de par la place  qui lui a été faite au niveau de la gestion du club, il n’en n’est pas de même de son adjoint, dont on ne sait trop s’il officie comme T1 à l’anglaise…..

Décidément, le Standard ne sera jamais un club comme un autre, où, à tous les échelons, on a pris pour parti de toujours tout compliquer.

Il n’en va pas autrement des joueurs, dont on ferait bien mieux de tenir compte de leurs envies, de leur feeling, plutôt que de leur imposer des schémas tactiques peut-être « imbuvables », alors que bien jouer est parfois très simple.

Gérouche

[themoneytizer id= »13683-28″]

 

Facebook Comments
Similar Articles

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top