Vous êtes ici
Home >> Standard-Rouche.be >> Le mot de « Gerouche »: DE BRUGES A ST TROND

Le mot de « Gerouche »: DE BRUGES A ST TROND

Chers supporters,

Eh oui, vous n’avez pas eu droit à mon article du lundi, mais comme vous pouvez le voir, ce n’était que partie remise.

Ceci dit et comme annoncé, ce n’était pas vraiment une surprise, mais, de surcroit, la défaite de nos couleurs en Venise du Nord ne l’était pas davantage.

Après la liesse et la douce euphorie de notre succès éclatant face à Séville, à peine 3 jours plus tôt, il ne fallait guère se faire d’illusion sur notre sort.

Certains diront que les joueurs n’étaient pas prêts dès le coup d’envoi, que la motivation n’y était pas.

N’importe quoi ! Si les joueurs ne se sentent pas motivés et concernés pour un match pareil, quand le seront t’ils ? Seulement voilà, une journée de récupération de plus, c’est peu et beaucoup à la fois.

Chaque année à la même époque, nous faisons le même constat : les équipes ayant brillé en coupe d’Europe en payent le prix fort, surtout en 1ére mi-temps du match qui suit, les jambes étant sans doute encore trop lourdes au coup d’envoi. Etre prêt dans sa tête, c’est une chose, mais quand les jambes, le corps ne suivent pas….

Je le répète donc, notre défaite était prévisible, hélas, surtout face à ce Bruges-là, bien décidé à laver l’affront du match aller, déjà d’ordinaire bien difficile à contrer sur ses terres, et déterminé à nous mettre une pression d’enfer d’entrée de jeu, ce qui fut fait.

Le reste n’est que pure supputation et spéculation, et il était inutile d’accabler nos joueurs outre mesure, surtout après les avoir encensés quelques heures plus tôt.

Décidément on ne changera pas les supporters, passés maitres d’alterner eux aussi le chaud et le froid, de s’emballer ou de critiquer  en moins de temps qu’il ne faut pour le dire ou l’écrire.

Le plus important pour nos joueurs est de toujours raison garder et se tenir à l’abri de tous les commérages qui font ravages dans la presse essentiellement.

Personnellement, je trouve tout de même bizarre que cet aspect de la  fatigue physique et psychologique générés par notre match face au leader autoritaire de la Liga n’ai  pas été pointé du doigt cette fois sur le plateau de la tribune, ces spécialistes étant pourtant toujours à la recherche de la moindre explication, alors qu’il s’était servi de celle-ci  à foison les saisons précédentes. Bizarre bizarre….

Quoiqu’il en soit, si une défaite, certes non souhaitable, était prévisible et donc somme toute logique, le super Sunday dernier, voici ce week-end un tout autre match, un tout autre contexte qui nous attend, du côté des vergers de St Trond.

Ahlala, s’il y a bien une équipe difficile à jouer à la  maison, c’est bien celle-là. Pas étonnant du reste que ce club représente pour tous une véritable bête noire pour la plupart des autres, les Trudonnaires jouant non seulement sur une pelouse synthétique qu’ils sont pratiquement les seuls à pleinement maitriser, mais, en déplacement, cette équipe n’a pas son pareil  pour rester derrière et nous planter des buts assassins en contre.

Les retrouver par conséquent dans le top 6 n’est pas vraiment une surprise, et une chose est certaine dès à présent : il va falloir être au top pour ramener quelque chose de là-bas.

Gageons que nos joueurs ont dégusté du synthétique à l’académie tout au long de cette semaine, cette rencontre s’avérant qui plus est importantissime pour les deux clubs dans l’optique d’une qualification pour les prochains PO1.

Revenir bredouilles du Stayenveld équivaudrait à nous renvoyer à sept unités des canaris, ce qui serait hautement préjudiciable, sans parler du résultat de …. Charleroi.

Si on ajoute à ce tableau pas vraiment idyllique l’amputation de notre onze de base de deux éléments très importants pour abus de cartes jaunes, à savoir Djenepo et Carcela, avouons qu’il y a de quoi éprouver les pires craintes, surtout quand on connait ce qu’il est advenu de nous là-bas les saisons précédentes.

Alors, quel va être le plan du stratège et parfois imprévisible Michel samedi soir ?

Va-t-il encore se passer de ses attaquants alors que l’on sait qu’il va nous falloir marquer si on veut gagner, ou, au minimum, ramener un nul ?

Et surtout, quelle fut la raison de nos multiples revers ces dernières saisons sur ces terres peu hospitalières ?

Autant de questions qui méritent réponses, et même si je ne suis pas un devin ni un « spécialiste », je vais toutefois tenter une approche toute personnelle.

Tout d’abord, se passer de ses attaquants n’est cette fois pas envisageable, surtout compte tenu de l’absence des joueurs cités, absences qui va déjà suffisamment pénaliser notre impact offensif.

Donc, et sans la moindre hésitation, j’alignerais Lestienne et Oularé de concert, avec soit Emond ou Sa en embuscade, juste un peu en retrait. Avec toutefois une préférence pour le portugais demain soir, Emond n’était pas au mieux lui non plus et en manque de confiance, et ceci même si son compère Orlando est lui aussi en mal de buts, mais…. Il a la faculté de mieux conserver le ballon devant. Et puis, entre nous, cette fois c’est sûr, Djenepo ne sera plus là pour lui chiper le ballon !

Donc, vous m’aurez compris, pour le système, ça nous ferait inévitablement un 4-3-3. Rien de très original jusque-là.

Par contre, derrière, et comme Fay me parait quelque peu émoussé ces derniers temp car n’ayant quasi manqué aucune rencontre depuis l’entame de la saison, j’y glisserais, soit Cavanda si celui-ci est de nouveau opérationnel, soit mieux encore …. Luyindama, dont la place au centre de la défense pose parfois encore question.

Souvent notre colosse Africain casse la baraque, mais parfois ça casse, tout simplement.

Je trouve donc que son apport en remontée de balle ne serait pas négligeable, à droite.

Et donc, de façon toute aussi logique, j’alignerais la paire défensive Kosanovic-VanHeusden, derrière.

Enfin, l’entrejeu serait constitué de trois médians travailleurs et capables de mettre le pied, avec l’inévitable Marin associé à Cimirot et Agbo, suffisamment oublié ces derniers temps, ce qui ne laisserait aucune place à un certain Mpoku, qui risquerait selon moi de ralentir notre jeu en progression et reconversion.

Quant à la ou les raisons de  nos échecs précédents, difficile à analyser. Je dirais juste qu’à force de vouloir à tout prix aller damer le pion aux canaris sur leur propre terrain, on s’est à chaque fois pris des contres bien menés et dont ils maitrisent l’art et la vitesse à la perfection, et qu’il faudrait donc aborder le match avec de toutes autres intentions, en les obligeant donc à prendre le jeu à leur compte et les prendre à leur propre piège.

Mais laissons ça à MPH, à qui je ne dois rien apprendre, le contraire serait un comble.

Une seule chose est à retenir ce samedi. UN RESULTAT est OBLIGATOIRE, quelle que soit la manière, sans quoi…..     

Gérouche

 

Facebook Comments
Similar Articles

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top