Vous êtes ici
Home >> Standard-Rouche.be >> Le mot de « Gerouche »: Coups bas

Le mot de « Gerouche »: Coups bas

Chers supporters,

Le foot, sous nos latitudes, s’avère parfois pire que les changements de saison.

A force de souffler le chaud et le froid, on finit tous par y perdre un peu son latin, tant les résultats d’un club peuvent être « déstabilisants ».

Voici peu, le Standard paraissait être lancé définitivement vers ce qui semblait devoir être une belle saison, tant la manière que le score avaient fait l’unanimité au lendemain d’un certain « Standard – Bruges », de bien belle mémoire.

Mais depuis lors, il y a eu la trêve internationale, tombée sans doute au plus mauvais moment et cassant la spirale positive entrevue.

Il y a eu aussi et surtout cette série de contreperformances, avec ces matchs nuls à Mouscron, chez nous face à Genk, même si pas vraiment une déconvenue, mais surtout ces défaites à Zulte et maintenant contre l’Antwerp.

Que de points bêtement perdus.

On savait ce dernier match être un véritable piège quand on connait leur effectif, essentiellement composé d’anciens Standardman revanchards ou désireux de nous montrer qu’ils ont encore de beaux restes, sans parler de la présence sur le banc de cet empêcheur de tourner en rond qu’est Boloni, et de L. Donofrio en tribune.

Mieux qu’un derby, cette rencontre sentait la poudre, particulièrement dans le chef et les têtes des Anversois.

Aussi, ce matin, tous les supporters convaincus d’être à l’aube d’une belle saison se sont mis à douter.

Douter de l’effectif, de la qualité des renforts, de la stratégie développée et donc, tout aussi inévitablement, de MPH hymself, beaucoup regrettant déjà le départ de Sa Pinto.

Certes, critiquer est plus facile que d’être constructif, et, il faut bien le reconnaitre, le problème du Standard n’est pas nouveau face à ces équipes aux défenses renforcées et jouant trop bas, avec trop d’engagement aussi, alors que ce même engagement est normalement notre marque de fabrique.

Toutefois, je m’en voudrais de jeter un nouveau pavé dans la marre, mais ce à quoi j’ai assisté hier m’a laissé un tant soit peu choqué à plus d’un titre.

Comment, en effet, voulez-vous gagner un match quand ceux d’en face pratiquent systématiquement l’anti-jeu avec un effectif pourtant pléthorique et n’ayant rien à nous envier, groupant qui plus est massivement leur force derrière ou dans l’axe, nous privant ainsi du moindre espace ?

Sans vouloir comparer des époques, des effectifs qui ne le sont pas, je me rappelle d’un certain « Hollande-Belgique » de la grande époque, surtout pour la Hollande qui alignait des Cruyf, Neeskens, Mühren et j’en passe et non des moindre, les oranges devant au minimum faire match nul contre nous dans leur antre et qui furent à deux doigts de se faire sortir du tour qualificatif pour le Mondial par la « petite » Belgique de l’époque bien organisée et regroupée, et  parvenant à inscrire un but finalement annulé pour un hors-jeu imaginaire qui aurait tout changé.

Cette rencontre paraissait pourtant bien disproportionnée, tant la Hollande faisait figure d’épouvantail, et pourtant, malgré leur jeu chatoyant, leurs vedettes, l’impossible fut bien près d’être réalisé….

Comme quoi la qualité, la volonté, ne suffisent pas toujours à venir à bout d’un « petit » déterminé.

Comment voulez-vous gagner quand nos avants sont inexistants ou insuffisants en nombre, perdus il est vrai dans une forêt de jambes, de genoux, mais surtout très mal ou  pas alimentés du tout  ?

Comment peut-on gagner quand les seules et rares opportunités sont systématiquement gâchées ?

Pire, comment peut-on renverser le jeu pratiqué par ceux-d’en face quand l’arbitrage s’en mêle, accordant un pénalty « cadeau » comme une maison aux visiteurs, ceci sans doute afin de les  récompenser de leur prestation cinq étoiles et les conforter sans doute dans leur manière d’appréhender la rencontre, le var confirmant l’invraisemblable coup de réparation ? Tout au plus s’agissait t’il d’une « épaule contre épaule » contre ce diable de comédien Mbokani, mais jamais au grand jamais il y a péno là-dessus, ou alors il faut en siffler vingt par match ….

Je serais du reste curieux de voir comment Mr Javaux va, ce soir, sur le plateau de la Tribune, interpréter cette action-là, sachant qu’il avait déjà jugé non fautive l’agression autrement spectaculaire et dangereuse de Sanneh sur l’attaquant de Zulte, il n’y a pas si longtemps.

Enfin, et sans doute le plus important, comment gagner quand le staff technique, T1 en tête, s’entête à pratiquer un système invariable et immuable, se privant de tout débordement par les flans car se privant derechef des joueurs capables de le faire pour être alignés sur des côtés contraires, leurs rares centres étant d’office sortant et donc captés facilement par le  gardien adverse, le jeu se situant donc essentiellement dans l’axe, secteur de jeu où l’adversaire avait aussi massé l’essentiel de ses forces ?

Vraiment trop facile de contrer ce Standard-là dans cette disposition-là, incapable d’appliquer leur schéma tactique et le jeu en une touche de balle, comme le voudrait le coatch.

Ma foi, si une équipe veut se ménager des espaces dans un secteur de jeu précis, ce n’est certainement pas en massant l’essentiel de ses forces à cet endroit, cette façon de faire attirant automatiquement les opposants comme des aimants.

L’idéal consisterait plutôt et tout au contraire à évoluer ailleurs, donc sur les flancs insuffisamment occupés,  pour plonger dans la zone laissée libre.

Or qu’avons-nous vu au coup d’envoi ? Des garçons comme Agbo, Cimirot, Marin, Carcela, se marcher sur les pieds ou se faire marcher dessus par les Anversois, laissant aux seuls Fay et Cavanda le soin d’arpenter leur côté pour ausitôt rentrer dans le  jeu et s’y retrouver à six. ! Cherchez l’erreur …..

J’aurais pour ma part aimé voir évoluer Poccognoli sur le flanc gauche, un cran plus haut, pour apporter des centres « rentrants ». Idem pour Fay à droite, à la place de Cavanda.

J’aurais souhaité voir Luyindama jouer plus haut lui en lieu et place d’Agbo, pour faire valoir davantage ses infiltrations, sa présence dans le rectangle de Bolat, quitte à lancer enfin ce brâve Zino Vanheusden à sa place.

Enfin, j’aurais aimé voir des passes vers l’avant autrement que dans les pieds et donc dans la profondeur, comme sur la seule action de ce type en début de rencontre qui aurait pu ou du nous valoir l’ouverture du score si ce stupide hors-jeu n’avait été sifflé, ce qui nous aurait valu une toute autre rencontre.

En attendant, les regrets sont superflus et voici à nouveau le Standard éjecté du top 6, un peu à l’image de la saison précédente, et sans doute à nouveau condamné à lutter jusqu’au bout pour s’y glisser.

Elle est déjà loin désormais la liesse qui avait fait de nous, contre toute attente, de futurs prétendants au titre, au lendemain de notre victoire contre les Blauw en Zwarte.

Et je doute que le problème soit un problème de volonté ou de grinta…..

Espérons que le retour aux affaires d’Oularé soulage le pauvre Emond, perdu sur son île, même si Lestienne fut l’un des seuls à montrer de  belles choses ce dimanche, bien plus que ….. Carcela, très décevant et donc bien en dessous de son vrai niveau.

Ceci aussi, il fallait le dire……

Gérouche

Facebook Comments
Similar Articles

20 thoughts on “Le mot de « Gerouche »: Coups bas

  1. Tout est dit , Gerouche ! Et je ne puis que souligner une fois encore cette stupidité des ailiers rentrants qui ne sont plus ailiers et l’embouteillage au milieu…
    Nous ne sommes que de simples supporters qui le déplorent à chaque fois.
    J’espere que les connaisseurs savent ce qu’ils font mais je commence sérieusement à douter.

  2. J’oubliais juste de faire allusion à l’intervention de Mr Javaux hier soir, concernant le penalty accordé aux Anversois : et comme je le craignais, ce monsieur a trouvé la sanction correcte. C’est complètement FOU. Le pauvre petit Colins Fay a osé bousculer (enfin plutôt oser faire de la résistance) au Colosse Mbokani. Sans doute aurait t’il fallu le laisser sans opposition …….. Du foutage de gueule, vraiment, surtout si on s’en réfère à son analyse précédente sur l’absence de péno à l’encontre de Sanneh…. D’anderlecht. Tout est dit, là aussi.

    1. C’est le même Javaux qui defendait l’elite de l’arbitrage à savoir Delferière et Vertenten.
      Pour moi un des plus convenables est Lardot, un Liégeois paraît-il (si on rappelle les velléités de Genk pour le recuser lors de la finale de la coupe); espérons dans la lignée des ex internationaux liegeois Francis Rion et Leon Schellings.

  3. La tribune, j’y ai assisté sur le plateau et depuis je ne regarde plus. Ce n’est que du cinéma où tout le monde connaît sa leçon avant de débuter.
    Pénalty ou pas, cela n’aurait rien changé. MPH a été battu par Dury et par Boloni. Le jeu du Standard est trop prévisible, trop lent et sans animation.
    De plus, la grinta n’y est pas, sauf contre Bruges et Genk, mais c’est pas Ferrera qui va insuffler de la grinta.

  4. Vrai qu’il me déçoit chaque fois un peu plus, l’ami Marcel, que j’aimais bien jusqu’à cette saison, mais qui prend systématiquement désormais la défense des ARBITRES, qu’il croyait pourtant CLEAN aussi dur comme fer.
    Ce constat est encore pire depuis « l’affaire » …….

  5. Ok pour le jeu prévisible Sigur, lent également mais dans certaines circonstances comme dimanche notamment, difficile d’aller vite dans le rectangle adverse, vu la disposition et les intentions des autres.
    Pour le péno, pas d’accord tout de meme de dire que ça n’aurait rien change, meme si la suite s’annonçait difficile bien sûr. Mais après CA, c’était devenu mission impossible

  6. Vu la disposition des autres , comme tu dis Gerouche, il ne fallait pas laisser 3 médians défensifs et il fallait du mouvement et du monde devant. La tactique de MPH est un dessin peu animé et les changements de tactique bien trop tardifs !

  7. Tout est dit dans ton mot Gerouche, sauf que pour moi la Belgique de l’époque n’était pas un petit mais un grand qui aurait probablement fait 1/2 finale en Allemagne si nous avions hérité d’un autre groupe de qualification.
    Piot ,Vandendaele ,Dewalque, Thissen , Martens , Van Moer, Dockx , Van Himst, Semmeling étaient des joueurs de très haut niveau et Goethals un maître tacticien.

  8. Effectivement, Kick and Rush, La Belgique de l’époque n’était en fin de compte pas si petite que ça, tu as raison.
    Peut-être moins spectaculaire que la Hollande de l’époque et la Belgique d’aujourd’hui, mais un groupe très homogène en effet.

  9. Pour répondre à Sigur, c’est tout de meme suprenant de la part de MPH, ce manque de clairvoyance ……. de la part de quelqu’un repute être un fin tactician et l’un si pas le meilleur coatch de la competition. Très décevant au final.

  10. Est-ce que sa réputation est méritée ? A Bruges il dépendait souvent de 2 choses : 1°) un coup d’éclat de ses stars (qui étaient très nombreuses, Izquierdo, Diaby, Wesley, Vormer, VanAken, Vossen,Limbombé) 2°) un coup de pouce de l’arbitre (penalty cadeau, exclusion d’1 adversaire, fautes sur l’adversaire non sifflée suivie de but pour Bruges et j’en passe). A Sclessin, aucun cadeau arbitral au contraire et seuls Carcela et M’Poku peuvent sortir un but sans avoir d’occasion.

  11. Pas faux Kick….. Quant au titre avec le Standard, après 25 ans de disette, qui ne l’aurait pas été cette année là avec cet effectif là ? Mieux, il avait même écarté le tout bon Renard suite à une blessure pour Espinoza, gardien un peu fantasque.
    Ce qui était tout de même une grosse erreur qui heureusement n’a pas couté trop cher à l’époque.

    1. Apres je me demande , je me demande si mph est vraiment Bon vous vous êtes poses la même question pour Sa pinto .j en ai des autres. L attaque 1 joueurs et le milieu est manifestement trop court pour toute une saison il nous manque un vrai 6 patron qui a l écoute des autres joueurs
      Peu importe les questions il faudra rester solidaires

  12. Le standard joue mal, l’an passé à pareille époque il jouait mal aussi mais on sentait une évolution positive (quoique très lente) à chaque sortie, et par rapport à cette époque le noyau est considérablement renforcé :
    Arrivées :Carcela, Cimirot, VanHeusden, Lestienne, Miangue, Bastien, Kosanovic, Oularé
    Départs : Edmilson et Cop.
    Sans doute les joueurs ne conviennent-ils pas au style de jeu prôné par MPH, mais qu’est ce qui est le plus simple adapter la tactique aux joueurs dont on dispose ou adapter le noyau au jeu que l’on veut déployer? Peut-être la rentrée de Oularé apportera-telle une solution. Autre question pourquoi ne fait-on pas disputer des matches de U21 à Orlando Sa pour retrouver la confiance et la forme?

    1. Bonne analyse et questions pertinentes.
      Le paradoxe est le suivant. Il y a des entraîneurs a priori pour le court terme comme SaPinto ou Rednic qui redressent des équipes avec le matériel existant. D’ailleurs Rednic a deconné lorsqu’il a voulu recruter ses joueurs roumains.
      Puis il y a les entraîneurs style MPH ou VHZ qui ont leur style et aiment recruter pour reconstruire sur le LT.
      VHZ a construit patiemment son équipe championne de la Gantoise et a des problèmes à Anderlecht où il n’a pas le temps pour faire la même chose.
      Effectivement la question mérite d’etre posée s’il faut un MPH qui impose un autre style de jeu à une équipe performante et à laquelle il fallait peu de retouches.
      Je lisais par ailleurs l’avis de Hellers confiant dans l’avenir de l’equipe et qui n’hesitait pas à dire que les joueurs qui ne performent pas dans le système MPH seraient remplacés au mercato.
      Après les PO de la saison dernière avec grosso modo la même équipe, devait-on tout chambouler ?
      Et s’il fallait recruter un joueur, c’etait Rafaelov pour mettre le liant qui manquait l’annee passee masqué par les exploits individuels de Carcela et surtout Junior

  13. Toute aussi bonne analyse et remarques pertinentes, Van Moer, avec cette distinction d’entraineurs pour le court terme et d’autres pour le long terme, meme si avec une phylosophie plus « fouillée » et donc plus longue à assimiler et exige donc de la patience ……

  14. Je vous suis tous les deux et comme bon supporter du standard, j’ai appris à être très patient. Mais je m’interroge sur le recrutement, MPH avait 1pied et 4 orteils au standard dès le mois de mars (peut-être même avant), pourquoi avoir insisté pour conserver un noyau qui ne lui conviendrait pas et pourquoi ne pas avoir recruté dès juin les profils qui manquaient ?
    Néanmoins, lors de ce match retour à Krasnodar MPH a montré qu’il était capable de proposer un autre style de jeu, plus direct et plus rapide que les pâles prestations des derniers matches. Ce match à Krasnodar doit constituer une référence (même si ce fut une défaite) car aucun adversaire belge n’aurait résisté à ce standard là.

  15. Exact Kick and Rush, l’effectif de MPH est à peu de chose près celui qu’il a cautionné….
    Dire maintenant qu’aucun adversaire belge n’aurait résisté à ce Standard-là, c’est sans doute vrai aussi.
    A une condition toutefois : que nos adversaires jouent comme l’a fait Krasnodar, en se portant vers l’avant. Et là, c’est pas gagné !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top