Vous êtes ici
Home >> Standard-Rouche.be >> Le mot de « Gerouche »: ADIEU EUROPE …. JE T’AIMAIS BIEN

Le mot de « Gerouche »: ADIEU EUROPE …. JE T’AIMAIS BIEN

Chers supporters,

Une fois n’est pas coutume, le sujet du jour ne concerne pas spécifiquement notre club, le Standard, mais bien la coupe d’Europe, devenue  pour les clubs belges une sorte d’avant-première, comme dans les salles de spectacle, avant que le vrai show ne commence avec les plus forts, les plus concernés surtout.

Bref, hier soir, il nous a été donné d’assister à ce qu’on pourrait appeler un « baisser de rideau », sans gloire ni trompettes, pour nos deux seuls clubs rescapés dans cette compétition devenue pour nous bien trop lourde à porter….

Je me pose ce matin deux questions essentielles : nos meilleurs clubs représentatifs sont t’ils vraiment si faibles pour tenir la dragée haute aux autres équipes du continent ou, tout simplement, lèvent t’ils le pied en vue du sprint final, nos playoff, l’essentiel ayant été acquis auparavant, à savoir sortir des poules de qualification et passer l’hiver au chaud, comme ils disent, la suite n’ayant que très peu d’importance, nos chances de pouvoir continuer à briller étant inexistantes ?

Vrai que le système des coupes d’Europe, de nos jours, n’a plus grand-chose à voir avec l’ancienne version, qui faisait la part belle aux éliminations directes sur deux joutes en aller-retour, ce qui laissait encore une chance à l’une ou l’autre équipe moins en vue de tirer son épingle du jeu et créer ainsi la surprise.

Vrai aussi que la libre circulation des joueurs et des transferts, sans la moindre contrainte, merci la loi Bosman, a considérablement changé la donne, déséquilibrant un équilibre déjà bien fragile entre les pays du vieux continent, au profit des plus forts ou du moins des plus riches (encore que ça reste à voir).

Vrai enfin que notre propre système des playoff a tendance, lui aussi, à tout fausser, nos clubs pouvant se permettre de jouer en roues libres un certain temps, lors de la phase classique, pour pouvoir se consacrer un tant soit peu sur la compétition Européenne, avant de tout laisser tomber pour se concentrer essentiellement sur la compétition Nationale, en fin d’exercice.

Je crains donc que, si rien ne change, notre désintèrêt, voir notre désamour pour les compétitions européennes ne perdure longtemps encore.

Toujours est t’il qu’on peut aussi se poser cette autre question essentielle, à savoir si une participation à une coupe d’Europe en vaut vraiment encore la chandelle, comme on dit.

Bien sûr, il y a les rentrées d’argent, aspect qui n’est certes pas à négliger.

Il y a l’image du club aussi, même si elle n’en ressort pas nécessairement grandie si le  parcours relève de la simple parution, ce qui, cette année, ne fut pas vraiment le cas pour nos couleurs, sortis au terme des poules certes, mais avec quelques beaux succès à la clef, mais présentant en fin de compte un gros danger : celui de nous voir déplumer de  nos meilleurs éléments ayant réussi à s’illustrer, dès le mercado d’hiver.

Pas vraiment une récompense, vous en conviendrez.

La meilleure illustration de ceci fut le départ inopiné de Christian Luyindama, appelé à faire étalage de ses qualités en Turquie.

N’avons donc pas plus à perdre qu’à gagner à vouloir à tout prix nous qualifier pour les joutes Européennes ?

On pourrait se le demander, surtout qui plus est quand on voit le peu d’assistance au stade, d’engouement des supporters, alors que, pour certaines affiches alléchantes, les tribunes devraient être rempli comme un œuf.

Encore une énigme ce manque d’intérêt des supporters qui pleurent pourtant quand leur équipe manque l’accession à ce type de compétition.

La faute aux heures tardives, au temps, à l’argent, à la télévision peut-être plus encore.

Mais là aussi, je reste convaincu que des rencontres en élimination directe seraient bien plus excitantes et donc plus susceptibles de rallier les masses que ces rencontres à points qui régissent les poules.

Comme vous pouvez le constater, plus rien n’est simple dans le domaine du ballon rond, victime des enjeux à outrance, de l’argent facile, et qui a perdu une grande partie de son attrait initial, de ses valeurs plus encore.

Alors, il nous faut nous contenter de notre JUPILER PRO LEAGUE, même si elle aussi est sujette à bien des interrogations quant à l’intégrité des responsables de tout poil, n’étant pas épargnée qui plus est  par les scandales et faisant trop souvent office de mauvais exemple, hélas.

Gérouche

Similar Articles

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top