Jonathan Legear est devenu un vrai Rouche !

Malgré sa fracture de la pommette, Legear a demandé à être aligné face au Club de Bruges alors qu’il était prévu qu’il ne rejoue pas en 2015. Masqué, l’ailier liégeois a bien travaillé et a quitté le terrain sous une standing ovation.

Bien qu’il soir un pur Liégeois, Jonathan Legear avait comme défaut un beau passé à Anderlecht lors de son arrivée au Standard. Retrouvant petit à petit la forme à l’ombre de l’équipe première, l’ailier est apparu en fin de Play-Offs sous José Riga. Cette saison, ce sont des soucis physiques qui l’ont gêné.

Son image a alors été écornée par une accusation sans preuve d’un média suite à des propos mystérieux de son président, qui vient seulement d’éclaircir la situation. Si c’était Legear qui avait payé son coach, il ne serait pas remonté sur le terrain, a fait comprendre Venanzi. Et bonne nouvelle pour le Standard, Jona est remonté.

Yannick Ferrera l’a relancé contre Anderlecht dès le coup d’envoi. Il ne lui fallait que quelques secondes pour marquer un but décisif et symbolique. Nous avions alors écrit « pourvu que les blessures cessent », afin de voir s’il pouvait retrouver son meilleur niveau. Et c’était bien parti, quatre titularisations se sont succédés avant qu’un malheureux coup de coude vienne lui fracturer la pommette.

Une absence de quatre à six semaines est estimée, il ne lui en faudra qu’une pour revenir. Legear s’est dit prêt pour débuter face à Bruges, le staff a alors évalué les risques et a décidé de le titulariser avec un masque.

S’il s’est moins mis en valeur offensivement que ses équipiers Knockaert et Dossevi, le Liégeois de 28 ans a bien travaillé sur son flanc devant Van Damme et n’a pas rendu la tâche facile à Thomas Meunier. Il est même très bien revenu dans son rectangle pour stopper Diaby qui venait d’éliminer le capitaine rouche.

Cette prestation sobre mais efficace n’est d’ailleurs pas passée inaperçue aux yeux des supporters présents à Sclessin. C’est donc sous une standing ovation qu’il a été remplacé à un quart d’heure du terme. Un joueur combatif masqué, cela a plus à un public qui attend que son équipe continue sa belle remontée après les coups dur. Ce que Legear n’a cessé de faire ces dernières années.

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire