Ishak Belfodil : « Je ne pense pas du tout à la CAN »

À peine débarqué au Standard, Ishak Belfodil fait déjà l’expérience d’un changement d’entraîneur alors que Yannick Ferrera lui avait accordé une mi-temps contre l’OM (tout comme Farès Bahlouli).

«Les entraînements se sont bien passés comme avec l’ancien coach. J’étais nouveau au club, je le suis toujours. Cela ne va rien changer, on continue à se préparer tranquillement. » S’estime-t-il déjà à 100 % pour un baptême du feu contre Genk ? «Le 100 %, il vient avec les matches officiels et la répétition des matches. Donc, je ne suis pas à 100 % mais cela fait déjà un mois que je m’entraînais aux Émirats et aussi sur le côté.

Depuis que je suis arrivé, je fais également du travail en plus avec les nouveaux venus. On en fait un peu plus. J’ai déjà eu un bon rythme contre Marseille, je me rapproche de la forme. Le problème n’est pas de commencer un match mais de le finir (rires). Je n’ai pas encore 90 minutes depuis le début de saison. Je pense être capable de jouer une mi-temps à un bon niveau. » Si Belfodil s’impose dans l’effectif liégeois, se posera peut-être la question d’une participation à la CAN 2017 au Gabon.

«Je n’y pense pas du tout, c’est encore très loin. Une sélection passe toujours par le club. Je suis d’abord focalisé sur ma réussite au Standard. Ici, c’est plus qu’un tremplin. Arriver à s’imposer serait déjà une très belle chose. À 24 ans, je n’ai pas encore donné le meilleur de moi-même. » À son arrivée en Italie, on le surnommait Petit Benzema. «Cela fait plus plaisir que cela ne dérange. Mais je n’y ai pas prêté attention. Cela va vite à Lyon quand tu es d’origine arabe et que tu joues un peu devant. Il y en a eu 4, 5 des nouveaux Benzema… »

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire