Fai : « La carte jaune est logique »

Collins Fai plaide coupable. Son tacle appuyé sur Stanciu, à la 25e minute du Clasico, valait bien la carte jaune, mais pas, dit-il, l’exclusion, parce qu’il dit jouer le ballon et pas l’homme.

C’est l’une des images que l’on retiendra d’un Clasico où, face à un bloc défensif extrêmement compact, le Standard n’est jamais parvenu à trouver la faille. La phase en question se situe à la 25e minute de jeu. Les faits : un tacle très appuyé de Collins Fai, en retard sur l’action, sur la cheville droite de Nicolae Stanciu, qui aurait pu valoir au Standard de se retrouver en infériorité numérique dès le deuxième quart d’heure de la rencontre, tant l’international camerounais n’y a pas été avec le dos de la cuillère. Sébastien Delferière en a décidé autrement. Il n’a pas fallu attendre longtemps avant que l’image, très spectaculaire, fasse le tour des sites roumains.

Je mets mon pied pour bloquer le ballon », a expliqué Fai au coup de sifflet final, sûr de son fait. « Avec l’unique intention de jouer le ballon, et donc pas l’adversaire. Je ne veux en aucun cas blesser le joueur roumain. En aucun cas… La carte jaune ? J’admets qu’elle est logique et méritée, parce que c’est une action de contre. Mais de là à parler d’exclusion, cela me semble bien excessif. Laissez-moi revoir les images avant de me prononcer… »

En attendant, le Standard vient de vivre une semaine très difficile, avec deux défaites concédées sur le plus petit score (1-0), à l’Ajax Amsterdam jeudi sur la scène de l’Europa League et hier face à l’ennemi de toujours, Anderlecht. « Cela fait très mal, mais c’est le football. À l’image du match que livre Jean- François Gillet, qui sort tous les ballons chauds en première période avant d’être devancé par Teodorczyk sur le but anderlechtois. C’est frustrant, parce que ces deux revers coupent un peu notre élan, mais la vie continue… »

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire