Les entraînements « punitifs » de Jankovic au Standard, est-ce bien légal ?

Le Standard est en train de bâcler sa fin de saison. Après la perte des play-offs 1, les Liégeois ont été dramatiques ce week-end à Mouscron. Au point que l’entraîneur du club a décrété des entraînements punitifs pour cette semaine. Alors question : les clubs peuvent-t-ils tout se permettre ? Et tout cela est-il bien légal.

« Les joueurs vont souffrir » avait prévenu Aleksandar Jankovic après la débâcle de Mouscron. Et de fait. Le Standard devait finir en douceur avec 6 entraînements légers cette semaine, Jankovic a triplé la dose : 16 séances, 3 par jour, un jogging le matin suivi de 2 séances sur le terrain. Et 7 jours sur 7, le jour de repos légal saute donc. A Sclessin, on nous parle de régime classique de stage.

« Le régime légal du travailleur prévoit un maximum de 38 heures par semaine » nous explique Stijn Boeykens, le secrétaire national de Sporta, le syndicat des sportifs. « On ne peut pas non plus modifier les horaires sans concertation. Et imposer un régime de 7 jours sur 7 sans le jour obligatoire de repos hebdomadaire est interdit. Si des joueurs du Standard nous ont déjà appelés ? Non, pas encore… »

La durée de 38 heures est calculée en moyenne, soyons clair : en semaine normale les footeux n’y arrivent jamais. Les règles travail sont négociées en Commission Paritaire du Sport, la Ligue Pro y siège, le foot est régi par la convention 223. Dans chaque club les joueurs désignent des délégués qui sont le contact du syndicat Sporta. Par exemple Timmy Simons à Bruges, Tim Matthijs à Malines, Gertjan De Mets à Courtrai. Au Standard c’est confidentiel, Anderlecht est le seul club à ne pas en avoir.

« Les joueurs n’ont plus peur de nous contacter comme auparavant » poursuit Stijn Boeykens : « En général cela se produit pour des dossiers individuels, mais ils ne veulent pas en faire de publicité. Il y a peu de dossiers collectifs, car les joueurs sont concurrents : quand un joueur cause des problèmes, il sait qu’il risque sa place au profit d’un autre. Les mobilisations collectives surviennent avec les grands problèmes comme des clubs qui sont menacés de faillite. »

Le syndicat belge a déjà obtenu des avancées : un joueur ne peut plus être puni en devant s’entraîner seul, un règlement plus clair aussi sur les options et le pécule de vacances (le 13ème mois) pour les footeux. Mais à l’étranger, les syndicats du foot pèsent plus lourd. Ainsi, le syndicat anglais a 100 salariés et a droit à 1 % des droits télé.

Les entraînements « punitifs » de Jankovic au Standard, est-ce bien légal ? :

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire