De la tension dans l’air à Sclessin : « On comprend pourquoi il n’y a pas d’arbitre belge en Coupe d’Europe »

De la tension dans l’air à Sclessin : « On comprend pourquoi il n’y a pas d’arbitre belge en Coupe d’Europe »

Comme à Gand le week-end précédent, le Standard s’est montré frustré par l’arbitrage. La roublardise des Malinois a évidemment joué son rôle. Au terme de la rencontre, il a fallu retenir plusieurs joueurs, bien que la tension était déjà montée progressivement.

Il y a eu des discussions et de l’énervement de tout côté. Entre joueurs surtout, mais aussi envers le corps arbitral. M. Boucaut, par certaines de ses décisions trop gentilles ou qui ont permis aux Malinois de gagner du temps, a irrité les Rouches, qu’ils soient joueurs, membres du staff ou supporters.

« A chaque fois, Igor tombait. Quand c’est moi, on fait tout un débât, j’espère qu’il y en aura un aussi pour cela », réagissait Paul-José Mpoku. « Il cassait trop le jeu, mais l’arbitre ne contrôlait pas le match, depuis le début. Avec autant de fautes, c’est assez bizarre de donner la première jaune à la 94e minute. On s’étonne pourquoi pas arbitre belge en Europe, voilà la preuve. »

Michel Preud’homme avait également quelques reproches à faire passer à l’homme en noir. « Les Malinois sont roublards, rusés, ils mettent le corps devant, ils font des fautes, c’est malin. Je ne critique jamais un adversaire, parce qu’il évolue avec ses armes mais qu’on lui permette de faire ça… »

« Quand on pense qu’à la fin du match, on ajoute quatre minutes alors qu’il y a six changements, alors cela veut dire qu’on a rajouté une minute. Le jeu avait été trop souvent cassé. On prévient dix fois pour les pertes de temps mais on donne qu’une minute de plus… »

Attachment

1 Comment

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.