Vous êtes ici
Home >> Standard-Rouche.be >> Le mot de « Gerouche » : ENTRE VŒUX ET ESPOIRS

Le mot de « Gerouche » : ENTRE VŒUX ET ESPOIRS

Chers supporters,

Me voici de retour, après MA trêve hivernale, congés obligent, ce qui me permet au passage de vous adresser mes  meilleurs vœux pour l’année nouvelle, ces vœux englobant bien entendu les prestations de notre équipe de cœur.

Fort heureusement, comme l’activité footballistique est mise elle aussi un peu en veilleuse, il n’y avait pas grand-chose à dire, quoique, avec le Standard, il y a parfois plus de choses qui se passent en coulissent que …. Sur le  terrain.

J’ai pour ma part passé de belles fêtes de fin d’année, en espérant que les vôtres vous ont également comblé, et pas que le foi, et ceci  même si les deux dernières prestations de nos couleurs  nous sont restées « dans la gorge ». On ne reviendra plus dessus, hélas, mais force est de constater que tous ces  points galvaudés risquent fort de nous manquer au moment du décompte final, un peu, voire exactement comme l’an passé à la même époque et dans des circonstances au final fortement analogues ! Dire que la poisse colle au basque des nôtres serait un peu léger, car il serait plus juste de parler de maladresse, de nonchalance, la moindre errance se payant chaque fois CASH. Le mérite en revient aussi certainement et pour une grande part à nos rivaux,  trop heureux à tous les coups de tirer les marrons du feu à nos dépends.

En cette période de transferts, ça va en n’en pas douter cogiter dur en coulisses chez nous, plus que partout ailleurs. Faut t’il, en ce qui nous concerne, prendre le taureau par les cornes et renvoyer notre entraîneur à ses études, telle est la vraie question, plus que  toute autre, qui prévaut à l’aube de cette année 2018 ?

Personnellement, je serais tenté de dire que oui, même si l’envie, la cohésion sont indéniables mais insuffisants, c’est clair.

Et quand on veut bien analyser les progrès réalisés depuis la prise de pouvoir du coatch Portugais, ceux-ci sont plus dûs au concours de circonstances qu’à une prise de conscience. Déjà avec la blessure de Bokadi, à Anderlecht, qui obligea l’entraineur à ne plus aligner ses deux pare-chocs trop défensifs ! Plus encore avec les errements de Scholtz, qui permit d’essayer Luyindama, avec le succès que l’on connait. Ces deux événements à eux seuls suffisent presque à comprendre les raisons de notre redressement exclusivement défensif, sans que vraiment l’entraineur n’y soit pour quelque chose.

Par contre, que dire du jeu développé, des automatismes et de la circulation vers l’avant, avec notre inefficacité offensive qui fait rire tous nos rivaux, la presse, sauf nous, pauvres supporters voués à espérer à chaque un exploit individuel pour déflorer le marquoir.

Pourtant, virer l’entraineur à cette période de la saison me parait tout aussi risqué que de le conserver, c’est bien là le paroxysme de notre situation ! Car de la « grinta », ça, il en a le bougre, et même à revendre…. J’en veux pour preuve son comportement souvent limite le long de la ligne de touche. Donc, de ce côté, je dirais, bien vu la Direction, car c’était le souhait essentiel exprimé avant la saison. Mais, et là je n’en démords pas, cet homme doit être encadré et recadré dans ses excès, chapeauté, par quelqu’un de plus clairvoyant, ayant plus de métier surtout.

J’avais déjà avancé, voici quelques mois, que l’idéal serait de mettre un Directeur technique à la tête du Standard, un homme ayant du vécu qui s’occuperait, non pas des transferts, mais de la politique sportive du club, de son assise, et qui aurait donc en quelque sorte le dernier mot sur les acquisitions mais aussi sur le système pratiqué, quitte à en débattre avec le coatch en place. Ce rôle, je l’aurais confié, pour autant qu’il soit preneur, à Eric Gerets, ce qui aurait permis aussi, quelle que soient les changements futurs d’entraineur, de garder le cap, un système de jeu clairement défini et pratiqué à tous les échelons de la formation,  système trop souvent soumis aux caprices précisément de nos entraineurs qui ne font hélas pas souvent long feu sous nos latitudes, peut être précisément parce qu’on leur en laisse de trop.

On m’avait dit, à raison sans doute, qu’il n’existait  pas de coatch qui accepterait d’avoir le second rôle, de ne pas maitriser tous les paramètres, en particulier la mise en place du système de jeu qui lui serait en ce cas presque imposé.

Quoiqu’il en soit, notre Direction doit agir, car les PO1, même s’ils ne sont pas bien loin, me semblent au final plus distants qu’il n’y parait vu notre incapacité à prendre à chaque fois notre sort en main, quand l’occasion nous en est donnée.

Au vu du 1er tour et de notre faiblesse criante devant, des arrivées du genre Carcela et Morioka ne m’étonneraient pas, car Carlinhos et Junior, même s’ils ont d’indéniables qualités, ne sont pas des buteurs, c’est une certitude. Même ce  brave Polo n’excelle pas dans cet exercice, sauvant juste la mise sur les coups francs.

Côté départs, des garçons comme Goreux et même Luchkevitch pourraient bien être priés d’aller tenter leur chance ailleurs, tout comme Cavanda, alors que Junior Edmilson pourrait bien être tenté par une aventure à l’étranger si l’occasion se présente, comme il l’a souvent laissé entendre….Ses dernières apparitions ces derniers temps étaient de nature à attirer les regards et la convoitise, donc ….

Enfin, plutôt que de transférer un nouveau pare-choc pour compenser l’indisponibilité de Bokadi, ne ferait t’on pas mieux de faire confiance au jeune Cavagnera, alors que d’autres jeunes attendent impatiemment leur heure, comme Badibanga, Djenepo, Fioré, Lavallée, Déom, considérés comme prêts depuis un certain temps à montrer leur talent mais juste bons à chauffer le banc.

Il reste environ trois semaines pour nous permettre de redresser le tir, et nos dirigeants ont tout intèrêt à ne plus faire les mauvais choix, car, cette fois, la masse ne leur pardonnera pas, à raison.

Alors, aux armes, les amis, cette fois, plus question de distribuer des points à tout va, il va nous falloir vaincre ou ….. languir, jusqu’à la saison prochaine.

Votre serviteur,   Gérouche

Facebook Comments
Similar Articles

5 thoughts on “Le mot de « Gerouche » : ENTRE VŒUX ET ESPOIRS

  1. En plus, votre serviteur n’est pas encore bien reveille ou remis des fêtes, j’ai oublié de modifier le dernier titre de mon mot, lol. J’aurais dû l’intituler cette fois  » EN ATTENDANT DES JOURS MEILLEURS « , peut être

  2. Je suis d’accord sur nos 2 meilleurs changement , pas de Luyindama en défense si Scholz ne baissait pas de régime , voir manquement à répétition, et pas de Marin sans la blessure de Bokadi, donc grinta ok , coup de génie surement pas.

  3. Décidément, on ne se relit jamais assez ! Car vous l’aurez sans doute vu, j’ai écrit « paroxysme » au lieu de « paradoxe » , leur signification étant radicalement différente. Bref, j’étais dans un mauvais jour, lol.

  4. Bonne année à toi Gerouche, bonne santé surtout et meilleurs voeux pour notre club favori et notre site favori.
    Un mois trop tard pour remplacer Sa Pinto, son comportement à Anderlecht eut été une bonne raison de le virer. Maintenant ce serait comme un quitte ou double. Quant aux qualités indéniables de Carlinhos, j’aimerais que tu m’en cites ne fut ce qu’une ou dans quel domaine est il supérieur à un autre Joueur? Son crédit est épuisé depuis longtemps et on joue les matchs à 10 chaque fois, il est pistonné sans doute, qu’il dégage.

  5. Très bonne année aussi à toi Sigur. Ok, les qualités de Carlinhos ne se bousculent pas, mais j’en vois au moins deux : le sens de la passe et la circulation de balle, du moins quand on ne le bouscule pas trop, lol. Mais bon, il est vrai, on doit pouvoir trouver meilleur, on est bien d’accord

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top