Vous êtes ici
Home > Standard-Rouche.be > Le mot de « Gerouche » : CHAUD ET FROID

Le mot de « Gerouche » : CHAUD ET FROID

Chers supporters,

A l’issue de cette 18ème journée de Jupiler pro-league, ces mots sont les premiers qui me viennent à l’esprit après la nouvelle énorme déconvenue vécue pas plus tard que vendredi dernier au Freethiel.

Un peu comme le temps qui prévaut actuellement, on ne sait jamais ce que les lendemains nous réservent, tant notre équipe jongle avec une instabilité qui lui est désormais coutumière.

L’occasion était pourtant bien belle de récupérer notre place dans le top6, sans faire outrage à la phalange Beverenoise qui, il est vrai cette saison, nous a déjà valu quelques bien belles prestations et constitue l’une des belles surprises de notre championnat. Nos joueurs étaient donc prévenus et devaient savoir qu’ils ne leur suffisaient pas de paraitre pour renaitre.

Je cherche encore ce matin les raisons d’une telle prestation, indigne au demeurant, alors que tous les supporters les attendaient au tournant, après avoir déjà galvaudé lamentablement 2 points la semaine précédente.

On croyait, manifestement à tort, notre équipe relancée dans une spirale à succès, galvanisée par une confiance acquise de haute lutte lors de nos récents déplacements à Genk et à Anderlecht. Force est de constater qu’il n’en fut rien, hélas, et que tous nous devons encore et toujours déchanter après une trop brève euphorie.

Pire, cette fois, ce fut notre défense, celle-là même que nous croyions désormais imprenable, qui battit le beurre contre les coups de butoirs adverses, qui s’y engouffraient avec une facilité qui faisait peine à voir. Même notre nouvelle coqueluche, Luyindama, paraissait pour une fois à côté de « ses pompes », et peut-être ce seul constat suffirait à expliquer cela, tant sa présence nous est devenue indispensable et son efficacité nous avait ces derniers évités bien des déconvenues. Quand un seul être vous manque, comme on dit, ou, dans ce cas-ci, n’était pas à niveau ….

Beaucoup, à tort me semble t’il, se retrancheront derrière deux erreurs d’arbitrage, certes grosses comme une maison, mais très honnêtement, elles ne devaient pas être à l’origine de notre indigne prestation. Certes, grâce à un corner imaginaire, Beveren revint dans la partie. Mais des corners accordés à tort et à travers sont monnaie courante, les joueurs doivent faire avec. Que le coup de coin soit légitime ou pas, ça reste un corner à jouer, point.

Certes aussi, le joueurs de Beveren auteur d’une véritable agression sur Agblo aurait dû voir rouge, obligeant notre adversaire d’un soir à jouer à 10 le reste de la rencontre. Ce ne fut pas le cas, mais était-ce une raison pour se faire dominer de cette façon ?

D’autres encore pointeront l’absence du coatch, notre marionnette ne pouvant plus s’articuler avec véhémence le long de sa ligne, mais était-ce là aussi une raison pour baisser pavillon, sachant que notre homme n’était tout de même jamais bien loin et pouvait sans doute soi-dit en passant donner ses directives à la mi-temps.

Non, désolé, toutes ces remarques me paraissent être de fausses excuses, et je cherche toujours à comprendre les raisons d’un tel relâchement !

Après avoir regardé la prestation des Krolos hier soir, j’en serais presque venu à rêver de voir nos joueurs à leur place, tant leur progression fut convaincante, ridiculisant presque à moment ceux d’en face, qui faisaient pourtant figure, eux aussi, de grandissimes favoris.

Alors, après avoir bien réfléchi et refait le match, comme on dit, je me pose deux véritables questions, et non des moindres.

La 1ére, qui saute aux yeux, c’est notre coatch. Alors que nous avions tout en main, au soir de notre qualification face aux mauves, alors que la sérénité aurait dû s’installer sur le long terme dans nos rangs, son comportement, ses agissements, ne l’ont t’ils pas fragiliser, non seulement vis-à-vis de la Direction, qui prétendra jusqu’au bout le contraire, certes, mais aussi vis-à-vis des joueurs eux-mêmes ? Qu’en est t’il encore de leur respect de leur responsable technique, dans leur tête, après une telle « mascarade » ? Alexandre Teklak l’a par ailleurs très bien dit, ce dont le Standard a le plus besoin actuellement, c’est de calme ! Caramba, encore raté, avec ce clown qui préside à nos destinées. Bien évidemment, après le trop « gentil ou trop poli » Jankovic, la Direction a voulu prendre un virage à 180 degrés, mais là, je crains qu’il ne s’agisse plutôt d’un tête à queue.

Bref, la stabilité et le calme après la semaine écoulée n’ont pas dû être à l’ordre du jour, c’est un fait.

La seconde question qui m’interpelle, au-delà de toute autre considération, c’est bien évidemment notre effectif.

Pas que celui-ci manque de qualité, loin de là, mais est t’il suffisamment routiné à notre compétition, ou, plus encore, à l’état des terrains mis au menu d’octobre à Mars ? Celui du Freethiel ne m’a pas paru en très bon état, certaines zones s’apparentant davantage à un bourbier qu’à une aire de jeu.

Si on se penche sur l’effectif de nos concurrents, que voit-on ? Des joueurs plus habitués à évoluer dans de telles conditions, sur des terrains plus lourds qui n’ont plus de secret pour eux ! Des Vormer, VanAcken, Vossen à Bruges, Un Trebel, un DeDoncker à Anderlecht, bref et pour ne pas les citer tous, davantage de joueurs issus de l’émisphére nord que de celui du Sud, vous en conviendrez.

Serait-ce là l’explication de la baisse de régime, pour ne pas dire de la transparence, de certains de nos acteurs, peu enclins à se faire mal, à la musculature trop fragile, sur de pareils terrains qui n’ont rien à voir avec ceux qui les avait vu se mettre en évidence ailleurs, voire même sous des températures bien plus clémentes auxquelles ils  sont plus habitués ? Peut-être faudrait t’il tenir compte de ce paramètre, à l’avenir, plutôt que de recruter à tout va des joueurs à bas prix certes, mais dont les facilités d’adaptation sont très incertaines car trop « exotiques » !

Pardi, les Brésiliens sont bien plus habitués à se produire sur des surfaces sèches que sur des terrains spongieux. !

Après tout, les plus beaux arbres du monde eux-mêmes ne peuvent donner tous leurs atouts si on les transplante ailleurs, dans des sols qui ne leur conviennent pas, cette évidence n’a rien d’un scoop.

En attendant, notre Standard, notre équipe est de nouveau bien mal, même si les PO1 ne sont fort heureusement pas encore si éloignés que ça, mais à force de passer au travers, on pourrait une fois de plus se retrouver en enfer.

Et je n’ose imaginer ce qu’il pourrait se passer après une nouvelle déconvenue face à Gand, qui nous rend prochainement visite, une équipe ayant retrouvé un large sourire et qui  ne nous réussit que très rarement ! Une équipe où évolue aussi un certain Kubo, et qui aura à coup sûr un Bo-coup à jouer. Alors, oui, malheur à nous si nous sommes à nouveau vaincu. Après nous avoir cru trop beau un certain soir au Parc Astrid, on pourrait sombrer corps et âme si l’issue de cette joute ne nous est pas favorable. Or, l’état du terrain, bien que ne devant pas ressembler à celui du pays de Waes, pourrait bien nous jouer des tours, lui aussi, et ne pas faciliter notre progression.

Il va encore nous falloir brûler un cierge et invoquer tous les Saints, tout en  remettant notre destin entre leurs mains, je le crains.

Votre serviteur,   Gérouche

 

 

Commentaires

Commentaires

Similar Articles

5 thoughts on “Le mot de « Gerouche » : CHAUD ET FROID

  1. Je te rejoins sur un bon nombre de soucis que tu soulignes sauf sur l’adaptation de certains à l’état du terrain.
    Ce que j’ai dit à chaud sur le tchat tellement j’étais dégoutté, je le répète. La tactique Sa Pinto, c’est marqué un goal et puis, on tire le rideau, y a plus rien à voir. Ce n’est pas la 1ère fois que ça arrive. Le problème c’est que l’adversaire le sait et que cela fait longtemps que l’on ne fait plus peur. Résultat, on est bousculé et on regarde l’équipe adverse jouer. Avant le match de vendredi, il y avait 12 points à prendre en décembre. Il en reste 9. Si on n’en prends pas 8, nous sommes bons pour les PO2.

  2. Dommage d’en arriver là, après avoir eu toutes les cartes en main! Encore une fois on a constaté la faiblesse offensive due à la tactique de RSP, à la faiblesse de nos backs, et à la mauvaise prestation des offensifs. Je suis presque tenté de dire Morioka 3 – Carlinhos 1 mais ce serait trop résumé. Agbo qui jouait en 3ème stopper a touché trois ballons en deuxième mi-temps et quand Agbo, Luyindama et Sa ne vont pas, c’est toute la colonne vertébrale qui flanche. C’est con d’avoir un clown comme entraîneur et d’avoir des matchs si tristes! Ils ont bien de la chance d’avoir des supporters aussi fidèles! C’est certainement passager mais j’avoue que j’en ai un peu marre de ce team et de cette équipe dont la composition ne change jamais, comme le spectacle d’ailleurs.

  3. Exact en effet sur notre efficacité devant. C’est effrayant, comme tu dis : 19 buts en 18 rencontres, triste bilan il est vrai. Ca revient aussi à dire que la défense ne peut JAMAIS encaisser, sans quoi, on revient bredouille ! Pour avoir une bonne défense et une bonne attaque, il faut un bon entrejeu, point ! Ce n’est que trop rarement le cas !

Laisser un commentaire

Top