Christian Kabasele se dévoile: « Au Standard, j’étais un habitué de la T3, et j’ai souvent insulté Silvio Proto… »

Christian Kabasele a fait taire toutes les critiques lors du match amical des Diables rouges face aux Pays-Bas. Le Diable, actif à Watford, s’est livré sur l’équipe belge et son passé de supporter du Standard.

Christian Kabasele a fait taire toutes les critiques lors du match amical des Diables rouges face aux Pays-Bas (1-1). Appelé à remplacer Vincent Kompany à la dernière seconde, le défenseur avait bien tenu la baraque dans une défense à trois. Pourtant, sa sélection dans le noyau des Diables pour l’Euro 2016 avait fait grincer des dents, même s’il n’avait finalement pas joué une seule minute.

Lors d’une longue interview donnée à nos confrères de Sport/Foot Magazine, le défenseur de Watford s’est livré, notamment sur le Standard, qu’il aurait pu rejoindre en quittant Genk. Un club dont, en tant que Liégeois, il a été un grand fan.

« J’ai envahi le terrain lors du titre du Standard »

«  Le Standard reste un grand club mais depuis son dernier titre, en 2009, il a pris pas mal de retard sur Anderlecht, le Club Bruges et Gand. À quoi cela aurait-il servi de partir dans un club du même niveau que Genk ? Pourtant, j’habite Chênée, à dix minutes de Liège, et j’ai toujours été fan du Standard. Bien sûr que j’ai rêvé de porter ce maillot mais au fil des années, mon amour pour le club s’est estompé. J’étais au stade le soir où le club a décroché le titre pour la première fois après 25 ans d’attente, en 2008. Ce jour-là, je n’avais pas l’intention d’envahir le terrain mais je l’ai quand même fait. C’était plus fort que moi. J’étais un habitué de la T3, je côtoyais le noyau dur, et j’ai souvent insulté Silvio Proto (il rit). Le plus fou, c’est que, quand je jouais à Genk, ces supporters avec qui j’avais si souvent chanté m’ont également sifflé… Ça faisait bizarre d’être de l’autre côté de la barrière et d’affronter Defour, que j’avais vénéré lorsque j’étais ado.  »

Par rapport à l’Euro, le Diable en garde un bon souvenir même s’il n’a pas pu jouer une seule seconde : «  Je serai éternellement reconnaissant à Marc Wilmots. S’il ne m’avait pas repris pour l’Euro, je ne serais sans doute pas ici aujourd’hui. Mais il est vrai qu’avant le match face au Pays de Galles, je pensais qu’il allait me donner ma chance. Il a cependant opté pour Jason Denayer… (…) Nous avons certes une génération très talentueuse mais, la prochaine fois, pour gagner, nous devrons devancer l’Italie, l’Allemagne et l’Espagne.  »

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire