Vous êtes ici
Home >> Walfoot >> Bruno Venanzi sur le mercato et Edmilson : « Maintenant, on peut refuser des offres »

Bruno Venanzi sur le mercato et Edmilson : « Maintenant, on peut refuser des offres »

Au Standard, les affaires tournent mieux. Le club principautaire est en meilleure santé financière et le président liégeois peut désormais se montrer en position de force sur certains dossiers.

Après avoir levé les options pour Carcela et Laifis, le Standard ne devrait pas perdre beaucoup de cadres cet été. A un an du terme de son contrat, Edmilson est peut-être le joueur le plus proche d’un départ après une superbe fin de saison.

Mais Bruno Venanzi ne veut pas le vendre coûte que coûte. « On voudrait que Junior reste. On est prêt à se dire que s’il ne prolonge pas, il peut partir gratuitement », a déclaré le patron des Rouches à L’Avenir. « On a la force de refuser des offres, on ne le vendra pas pour 4 ou 5 millions. Mais si un gros montant est proposé, on va discuter, car on reste ouvert. »

Le président a fixé une limite de titulaires importants qui peuvent s’en aller. « Deux ou trois cadres peuvent partir, c’est le max. Après, il y a des montants qu’il est difficile de refuser, mais on en est à un point où, financièrement, on n’est plus obligé de vendre et on peut anticiper un éventuel départ dans six mois ou un an, en recrutant un joueur pour le futur. L’autre confort qu’on a, c’est qu’on ne doit pas chercher des solutions de départ en raison de souci dans le vestiaire. »

Pour un Knockaert, on pourrait refuser une offre

Il n’y a pas si longtemps, le Standard n’était pas autant en position de force. « Il y a trois ans, on a dû vendre Knockaert six mois après son arrivée pour un peu plus de 3 millions parce qu’on avait besoin de cet argent. Aujourd’hui, la situation est différente. »

« Pour un joueur comme Knockaert, on pourrait refuser une offre, permettre au joueur de se développer, et le vendre, par exemple, 8 millions, plus tard. Orlando Sa, sa vente n’a pas été une décision facile, et on s’était fixé un prix. On a pu refuser une première fois, pour obliger le club chinois à s’aligner sur ce qu’on voulait.

Read more: https://www.walfoot.be/fra/news/lis/2018-06-12/bruno-venanzi-sur-le-mercato-et-edmilson–maintenant-on-peut-refuser-des-offres#ixzz5IEbsLMMs

Facebook Comments
Similar Articles

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top