Bruno Venanzi l’avoue: « Cela fait plusieurs semaines que j’avais pris la décision de licencier Yannick Ferrera »

Le président du Standard affirme qu’il a toutefois défendu l’ancien entraîneur du club liégeois durant l’été, avant de songer à son remplacement par Aleksandar Jankovic, officialisé ce mardi.

S’il ne s’est pas officiellement exprimé sur le changement d’entraîneur de son club en ce début de semaine, le président du Standard Bruno Venanzi est enfin sorti de son silence ce jeudi, évoquant les dossiers chauds de la formation liégeoise, comme son mercato tardif ou tout simplement le départ de Yannick Ferrera, couplé à l’arrivée d’Aleksandar Jankovic.

« Cela fait quelques semaines, deux ou trois, que la décision de licencier Yannick Ferrera était prise. On voulait la meilleure transition possible », affirme ainsi Bruno Venanzi dans la DH. « Je n’ai pas attendu de le licencier pour le plaisir. (…) Avec Yannick, j’avais envie que ça marche, car le club a besoin de stabilité. Après la saison passée, Daniel (Van Buyten) et Olivier (Renard) m’ont suggéré de changer d’entraîneur pour différentes raisons qui ont amené aujourd’hui à ce changement. J’ai préféré ne pas le faire car je me disais que Yannick n’avait pas pu bénéficier d’une campagne de préparation la saison passée. Eux me disaient que c’était mieux de donner la chance à un nouveau coach d’avoir cette période de transition. On a eu de grandes conversations là-dessus et le nom d’Aleksandar était déjà sur la liste à ce moment-là, mais j’ai voulu donner une dernière chance à Yannick. »

« Il faut vivre avec cette pression »

Le président du Standard confirme que la pression était grande sur Yannick Ferrera « comme tous les entraîneurs qui sont passés au Standard ». « Yannick était content de nous rejoindre mais tout entraîneur sait ça en arrivant au Standard. Il faut vivre avec cette pression, comme le directeur sportif, le président, le directeur de la communication, on sait qu’on est exposé, il faut accepter la critique. »

Aleksandar Jankovic était donc le choix N.1 d’Olivier Renard et de Daniel Van Buyten. Puis de Bruno Venanzi. « On avait déjà regardé son travail la saison dernière, mais j’avais décidé de continuer avec Yannick », confie le président, qui a pourtant reçu « beaucoup de candidatures », selon lui, expliquant toutefois que la venue de Vitor Pereira, un temps annoncé comme possible coach du Standard, n’était qu’une visite de courtoisie.

« Le coach est content du groupe »

Bruno Venanzi revient également sur le mercato tardif du Standard, qui a enregistré six arrivées en deux jours, à la fin de la période des transferts. « On pourrait penser que tout s’est joué lors des dernières heures, mais, parfois, des contacts sont pris avec les clubs depuis un petit temps sans que cela se sache. Personnellement, je suis content du recrutement », affirme le président du Standard. « Le coach m’a dit qu’il était content du groupe mis à sa disposition. La concurrence va bousculer certains joueurs qui avaient tendance à s’installer dans une zone de confort ces derniers temps ».

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire