Antoine-Curier évoque son transfert raté au Standard de Liège

Transféré à l’Union Saint-Gilloise cet hiver, l’attaquant français Mickäel Antoine-Curier avait découvert la Belgique via d’autres clubs. Il a fait un tour à Saint-Trond mais par la suite c’est au Standard qu’il espérait signer.

C’est en été 2015 qu’Antoine-Curier s’est rapproché de la Belgique. Avec Saint-Trond, tout d’abord. « Je me suis entrainé plusieurs jours avec le club. Je m’y sentais très bien. Je m’entendais bien avec Edmilson, Dompé ou Boli », déclare-t-il à Pascal Scimé pour la RTBF.

« Je me voyais vraiment jouer à Saint-Trond. Mais quand l’attaquant Hilaire Momi revient en retard de vacances alors qu’il devait quitter le club… Plus personne me calcule… »

Le Standard ressemble à Nottingham Forest

Il rencontre ensuite Daniel Van Buyten en assistant à Standard – Molde. « Je lui raconte un peu mon histoire. Le lendemain, il me propose de venir m’entrainer au Standard. »

« Et en arrivant là, je songe à l’Angleterre. Cela ressemble à Nottingham Forest. Mon test se passe bien. Je me suis senti très bien à l’entraînement, je me suis vraiment lâché. »

Le Standard s’est alors renseigné auprès de Ferrera, alors toujours à Saint-Trond. « Qu’a-t-il dit ou pas au Standard ? Ça reste une énigme. Au final, le Standard ne me signe pas. Yannick m’a dit qu’il n’y était pour rien. Moi je me suis senti comme un mort de faim à qui un milliardaire refuse un peu d’eau. J’ai l’impression qu’on a brisé mon rêve. »

Comme si ma femme m’avait trompé

Peu de temps après, Ferrera signait chez les Rouches. « Dans mon cœur, c’est comme si j’apprenais que ma femme m’avait trompé. L’été dernier, j’avais refusé des clubs de D1 écossaise… et je me retrouve sans la moindre offre concrète… ». La suite, un retour à Hamilton où il s’arrange pour rejoindre l’Union en janvier dernier.

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire