Affaire des « déclarations de Bruno Venanzi à Stéphane Pauwels »: l’Union belge perquisitionnée!

Coup de tonnerre, vendredi matin, au siège de l’Union belge.

Alors qu’un parterre de journalistes attendait patiemment la liste des 25 joueurs qui allaient disputer les deux matches de qualification pour l’Euro 2016, les enquêteurs liégeois perquisitionnaient la grande maison de verre dans le cadre d l’instruction « Standard ». Une information à découvrir dans nos éditions de ce week-end.

Coup de tonnerre, vendredi matin, au siège de l’Union belge. Alors qu’un parterre de journalistes attendait patiemment la liste des 25 joueurs qui allaient disputer les deux matches de qualification pour l’Euro 2016, les enquêteurs liégeois perquisitionnaient la grande maison de verre dans le cadre d l’instruction « Standard ». Une information à découvrir dans nos éditions de ce week-end.

Dans la foulée, Venanzi, via son avocat, déposait une plainte contre X entre les mains d’un juge d’instruction. La machine judiciaire était lancée et le dossier livré par Venanzi était estampillé « corruption ». Entendu par les enquêteurs, Venanzi confirmait que son informateur ciblait bien Jonathan Legear et José Riga. Tant l’ailier du standard que l’actuel coach de Metz nient, évidemment toute implication dans ce dossier.

Le parquet fédéral de l’union belge ouvrait, lui aussi, une enquête. Une enquête bouclée en deux temps trois mouvements. Et du côté de la justice liégeoise, on la trouvait quelque peu saumâtre. D’où les perquisitions…

Une information à découvrir dans nos éditions de ce week-end ou via notre liseuse numérique

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire