459.000 € d’amendes !

Le Standard vient d’être condamné à une amende de 50.000 euros infligée par l’UEFA pour les fumigènes craqués par ses supporters il y a trois semaines à Amsterdam. C’est la… 25e depuis le titre de champion de Belgique conquis en 2008, qui porte à 459.000 euros le montant déboursé par le club liégeois pour le mauvais comportement de ses supporters. C’est énorme !

La sanction est tombée et elle ne doit pas avoir fait rire Bruno Venanzi : une dizaine de jours après avoir reçu une facture d’un montant de 50.000 euros de l’Ajax relative aux dégâts occasionnés le 29 septembre lors du déplacement à Amsterdam (sièges brûlés, toilettes démolies), le club qu’il préside vient de se voir infliger par l’UEFA une amende de 50.000 euros pour le comportement, à l’Amsterdam ArenA, d’une partie des fans liégeois.

Pour rappel, ceux-ci avaient craqué plusieurs fumigènes juste avant le début du coup d’envoi de la rencontre et trois feux de Bengale au moins avaient été lancés dans une tribune réservée aux supporters néerlandais, sans qu’aucun blessé, fort heureusement, n’ait été à déplorer. Cela porte donc à 100.000 euros l’ardoise, énorme, dont la direction du Standard devra s’acquitter pour le mauvais comportement de certains de ses supporters lors du seul déplacement aux Pays-Bas. Cette (double) sanction appelle plusieurs commentaires. Dont celui- ci : 100.000 euros, c’est, concrètement, la somme la plus importante que le Standard va devoir sortir de ses caisses depuis le titre de champion de Belgique décroché en 2008. Et un nouveau record d’un triste genre, le précédent remontant au 8 avril 2010, lors d’un déplacement à Hambourg en quart de finale aller de l’Europa League, lorsque le cinquième arbitre, posté à hauteur de la ligne de but, avait reçu sur la tête un briquet jeté du bloc réservé aux supporters du Standard, avant d’être soigné à la mi-temps.

Le Standard a écopé de 50.000 € d’amende pour le match à l’Ajax

L’UEFA n’avait alors eu aucune pitié pour le club principautaire, qui avait écopé d’une amende de 80.000 euros. C’est bien plus aussi que les 35.000 euros auxquels le matricule 16 avait été condamné dans la foulée du déplacement à Feyenoord, le 2 octobre 2014, lorsqu’une partie de ses fans n’avait rien trouvé de mieux à faire que de forcer le bloc neutre (un compartiment vide du stade servant de tampons entre les supporters des deux clubs) après avoir brisé des barrières., afin de pouvoir se mesurer aux hooligans néerlandais. Nous avons procédé, hier, à un long inventaire, qui montre que le Standard est devenu, au fil des ans, une cible privilégiée de l’UEFA.

25 amendes en l’espace de 64 matches depuis le sacre de 2008 !

Depuis 2008, le club de Sclessin a disputé 64 matches sur la scène continentale, tous préliminaires confondus, et… 25 d’entre eux ont débouché sur une amende pour mauvais comportement de ses supporters. C’est 39% des matches, soit une moyenne de deux sur cinq. Sidérant ! Des amendes qui concernent les craquages et jets de fumigènes, les jets de pétards et d’objets divers, l’introduction de supporters dans le bloc voisin, comme à Feyenoord, ou encore la présence de personnes et donc l’encombrement dans les voies d’accès et d’évacuation (escaliers, avaloirs), que l’UEFA sanctionne également. L’inventaire que nous avons réalisé montre aussi, et c’est le plus parlant, que depuis 2008, le Standard a dû débourser le montant total de 409.000 euros, sur base des amendes infligées par l’UEFA, et même de 459.000 euros si on y ajoute la facture reçue de l’Ajax. Sans parler de la vingtaine de milliers d’euros déboursée pour « mauvaise conduite de l’équipe », puisque le règlement de l’UEFA stipule qu’un club est condamné à verser 3.000 euros d’amende lorsque ses joueurs reçoivent sur le même match cinq cartes jaune ou plus. Un chiffre dont nous n’avons pas tenu compte puisqu’il n’est pas imputable au comportement des supporters liégeois.

Autre constat chiffré : le club liégeois en est déjà à 112.500 euros pour cette saison, soit… les deux matches disputés face à Vigo et à l’Ajax. C’est dire si, au-delà même des dangers que les fumigènes représentent pour l’intégrité physique des personnes présentes, le préjudice et les pertes financières sont importantes pour un club qui aurait sans doute préféré investir ce montant colossal dans le transfert d’un joueur ou l’amélioration d’infrastructures chère à Bruno Venanzi. C’est essentiel à savoir avant le rendez-vous de jeudi face au Panathianaikos, même s’il ne devrait y avoir que 12.000 spectateurs à Sclessin.

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire